Hebdo du mardi

Décideurs

Vincent Gaudy, Hérault Logement

02/11/2021

Présidé par Vincent Gaudy, Hérault Logement (bailleur social et aménageur) va engager à partir de 2022 un important programme de réhabilitation à Sète : 363 logements seront concernés dans le cadre du programme de renouvellement urbain (27,1 M€, durée : 2022-2025) et 465 autres, hors PRU (36,8 M€, 2022-2028). L’office réalise aussi des programmes de démolition-reconstruction à Florensac (49 démolitions, 50 constructions, 7,7 M€, 2021-2025) et à Montpellier Croix d’Argent (80 démolitions, 163 reconstructions, 21 M€, 2019-2025). Alors qu'il étudie l'ouverture d'une 5e agence (lieu non déterminé) en 2022 afin de mailler correctement le territoire, l’office répond aux enjeux du vieillissement de la population et du handicap à travers une résidence autonomie pour seniors et un habitat inclusif. Avec l’appui financier de la Caisse d’Épargne LR, l’office construit une résidence services sociale pour seniors (55 logements, 7,4 M€) située à Montpellier. Groupement : Bec Construction LR/ NBJ Architectes/ Oteis. Elle sera gérée par l’Ehpad Jean Péridier. L’office travaille sur l’habitat inclusif à travers une opération mixte située à Montarnaud mêlant logements locatifs sociaux et habitat pour personnes souffrant d’un handicap (gestion : APF et Gammes).

Ghyslain Morvan, Traiteur Grand

02/11/2021

Spécialisé dans la restauration événementielle, Traiteur Grand devrait voir son chiffre d'affaires 2021 atteindre les 6 M€, après 5 M€ en 2019. Une performance dans un secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire. « Nous avons remporté plusieurs contrats significatifs cette année », analyse pour La Lettre M Ghyslain Morvan, gérant du groupe Valore (120 personnes, siège à Montpellier) regroupant les trois sociétés sous enseigne Traiteur Grand à Nîmes, Béziers et Montpellier. Parmi les derniers contrat décrochés : ceux du sommet Afrique-France (le 8 octobre) réunissant 3 700 personnes, et de la Nuit de l’attractivité du Medef Béziers (500 personnes, le 21 octobre). À cela s'ajoutent quelques contrats récurrents et significatifs tels que la confection des commandes sur mesure pour les loges Sud de France Arena à Montpellier et l’exploitation de ses buvettes-snack. « Nous avons aussi décroché des contrats pour la livraison de plats chez Septeo, à l’Idrac ou encore chez Hexis. » La société affiche un CA mensuel de l’ordre d'1 à 1,2 M€, contre une fourchette oscillant entre 300 et 700 k€ avant la crise de la Covid-19.

Patrick Jacquot, La Mutuelle des Motards

02/11/2021

Interrogé par La Lettre M, Patrick Jacquot, PDG de La Mutuelle des Motards (38 bureaux en France, 460 salariés dont 330 au siège à Pérols - 34) indique que la société va « dépasser la barre des 500 salariés en 2022 ». Elle restructure déjà son organigramme avec les arrivées successives de deux responsables pour la plateforme de relation client et pour les 38 bureaux régionaux. Le recrutement d’un nouveau directeur commercial est en cours. Sur le développement économique, le dirigeant table « sur un chiffre d’affaires de 140 M€ pour l’année 2021 (contre 126 M€ en 2020, NDLR) ». Sur cet exercice, La Mutuelle des Motards a été amenée à augmenter les tarifs sur ses affaires nouvelles, « compte tenu de l’inflation des coûts des postes de préjudices corporels et celle des pièces détachées, qui alourdissent les factures ». Comptant 260 000 sociétaires à la fin 2020, la mutuelle connaît une croissance de 2 % de son portefeuille sur l'année 2021, contre 7 % sur un exercice normal. « Cette année correspond à une période de pause et de consolidation de comptes de la mutuelle », pointe-t-il.

Stéphane Cueille, Safran Electrical & Power

02/11/2021

Président depuis juillet dernier de Safran Electrical & Power, Stéphane Cueille – qui succède ainsi à Alain Sauret – entend inscrire la société de 11 500 salariés répartis dans 13 pays (siège social à Blagnac - 31) comme un acteur central du mouvement de décarbonation de l'aviation. « Nous sommes positionnés à la fois sur des activités de câblage, de systèmes électriques et d'équipements, de harnais et d'ingénierie », rappelle à La Lettre M ce diplômé de l’École Polytechnique (1991) titulaire d’un DEA de physique des solides (1995) et d’un doctorat en physique statistique (1998). Et si, fortement impactée par la crise, l'entreprise déplore « un niveau de production en baisse d'environ 40 % par rapport à 2019 sur l’activité câblage », elle anticipe une « reprise graduelle dans les années à venir ». Avec pour la société, qui poursuit ses investissements technologiques, un rôle stratégique à jouer dans le développement des futurs avions « verts ». Le groupe Safran, qui opère dans les domaines de la propulsion et des équipements aéronautiques, de l'espace et de la défense, compte environ 3 200 salariés et huit sites en Occitanie. Il a enregistré 16,5 Md€ de chiffre d'affaires en 2020, ce qui représente une baisse de 33 %.

Stratégie de décarbonation
Safran Electrical & Power multiplie les partenariats, notamment avec Pyroalliance et Bye Aerospace. « Même si nous communiquons sur certaines opérations en particulier, en réalité nous discutons avec de très nombreuses start-up positionnées de façon crédible sur ces sujets », confie Stéphane Cueille, dont les équipes planchent sur des solutions susceptibles d'améliorer les performances des aéronefs tout en réduisant leur empreinte environnementale. « La propulsion hybride et électrique va ouvrir de nouveaux horizons au marché, avec le développement d'avions de petite ou moyenne taille, tout en permettant de développer des solutions technologiques qui, à plus long terme, pourront s'adapter aux plus gros appareils », explique le dirigeant, qui entend être « très actif » sur ces sujets tout en travaillant également sur des systèmes électriques non propulsifs. Stéphane Cueille l'assure : dans le paysage des jeunes pousses positionnées sur l'avion « vert » de demain, la région toulousaine occupe une place de choix. « L'écosystème d'Occitanie présente tous les facteurs de succès, estime-t-il. Parce qu'il y a la compétence d'Airbus, bien entendu, mais aussi de structures comme l'IRT Saint-Exupéry et le laboratoire Laplace. Ainsi que des acteurs émergents comme Aura Aero ou Ascendance Flight Technologies et la volonté de la Région de développer ces activités. » Quelle sera, de son point de vue, la place de la supply chain aéronautique « traditionnelle » dans ce contexte ? « Il va y avoir des opportunités, y compris pour les PME, estime Stéphane Cueille. Même s'il va falloir, bien entendu, que le tissu régional s'adapte afin d'accompagner le développement de l'électrique. »

Safran compte huit sites dans la région, tous implantés dans l'agglomération toulousaine. Plusieurs de ces entités ont d'ailleurs leur siège social dans la région, à l'image de Safran Electrical & Power (électrification des équipements et de la propulsion électrique et hybride, siège à Blagnac, site à Villemur-sur-Tarn), de Safran Ventilation Systems (équipements et sous-systèmes de ventilation pour les avions civils et les hélicoptères, siège à Blagnac) et de Safran Power Units (systèmes de puissance, siège à Toulouse).

Maguelone Pontier, le Grand Marché

02/11/2021

« À 375 M€, le chiffre d’affaires du Grand Marché n’a reculé que de 3,6 % en 2020, quand il a baissé de 10 % pour la plupart des entreprises françaises », constate Maguelone Pontier, directrice générale du marché d’intérêt national (Min) de Toulouse. En 2021, le chiffre d’affaires devrait repartir à la hausse, porté par la relance de l’activité et l’augmentation de 10 % du nombre de locataires. « À la fin de l’année, le taux d’occupation du Grand Marché devrait atteindre 98 % », précise-t-elle, rajoutant que « le nombre d’acheteurs 5 000 aujourd’hui a augmenté de 8 % en un an ». Selon elle, ces résultats s’expliquent par la diversification des produits proposés au Min et notamment l’arrivée d’une offre de produits transformés. Un laboratoire de pâtes et gnocchi de 300 m2 , un pôle transformation dans la partie « marée » du Min et une légumerie bio et locale de 1 000 m2 devraient d’ailleurs ouvrir dans les prochains mois. Le plateau de 1 000 m2 dédié aux services (communication, emploi, assurance, santé…) sera quant à lui livré en décembre 2021. Au total, depuis sa nomination à la direction du Min en 2017, Maguelone Pontier indique avoir investi 10 M€ dans des bâtiments neufs.

Edouard Sherwood, Cobratex

29/10/2021

Edouard Sherwood, cofondateur de la société Cobratex, qui entend positionner le bambou comme alternative à la fibre de verre dans les renforts de composites, remporte l'Excellence Club Aerospace Award dans la catégorie « Green Aerospace ». Une récompense qui tombe à pic, « car nous avançons très bien, actuellement, dans le secteur aéronautique », confie le dirigeant à La Lettre M. Fondée en 2013, la société basée à Carbonne (31), qui compte 14 associés et trois opérationnels, est également positionnée dans l'automobile, le maritime et les transports. Après avoir levé 250 k€ en 2017 et « 900 k€ au total, avec les effets de levier » l'an dernier, l'entreprise entend désormais accompagner ses clients dans la conception de produits finis. « Nous devrions pouvoir annoncer d'ici peu nos premières grosses séries », confie Edouard Sherwood, qui n'exclut pas, pour accélérer son développement industriel, d'initier prochainement une levée de « plusieurs millions d'euros ». La société termine actuellement ses travaux menés dans le cadre du projet collaboratif Bamco labellisé par Aerospace Valley, soutenu par Bpifrance et les Régions Occitanie et Normandie et porté par le groupe d’ingénierie Assystem Technologies. « Nous réfléchissons déjà à la suite », glisse le dirigeant.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie