Hebdo du mardi

Décideurs

Marie-Aimée Gaspari, CRC Occitanie

10/06/2021

Marie-Aimée Gaspari, conseillère référendaire à la Cour des comptes, est la nouvelle présidente de la chambre régionale des comptes (CRC) Occitanie (7 608 organismes soumis aux règles de la comptabilité publique représentant près de 30,4 Md€ d’argent public). Elle succède à André Pezziardi qui a conduit le regroupement des deux anciennes chambres régionales des comptes de Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. Magistrate judiciaire de formation, elle a successivement occupé les fonctions de chargée de mission auprès du Procureur général, avant de rejoindre la 4e chambre de la Cour des comptes, qui recouvre notamment l’organisation territoriale de l’État, la répartition des compétences avec les collectivités territoriales, les politiques de sécurité, l’analyse des finances publiques locales et l’appel des jugements des chambres régionales et territoriales des comptes.

Depuis 2016, elle était également rapporteure adjointe auprès du Conseil constitutionnel.

Emmanuel Mouton, Digital 113

10/06/2021

Le 10 juin, Emmanuel Mouton, président de la société montpelliéraine Synox, spécialisée dans l’internet des objets connectés (25 personnes, CA : 3 M€), est réélu pour trois ans à la présidence de Digital 113, cluster régional du numérique fédérant plus de 320 entreprises (16 000 salariés). L'occasion pour le dirigeant de dresser pour La Lettre M le bilan de l'année écoulée et d'esquisser les grandes lignes de sa feuille de route. « Depuis le début de la crise, le cluster a su se renouveller, dans un contexte où tous les secteurs ont compris l'importance du numérique, qui est plus que jamais au coeur de toutes les transformations économiques et sociétales, explique-t-il. Nous avons notamment monté le programme “Digital is futur”, afin de tisser des passerelles avec les secteurs “traditionnels”. »

Ainsi, après l'agroalimentaire et le BTP, le programme va se pencher sur les problématiques de la santé (dès septembre), puis du tourisme en fin d'année et, en 2022, des mobilités intelligentes et de l'industrie 4.0. La feuille de route met par ailleurs l'accent sur « le numérique responsable et durable », indique Emmanuel Mouton, qui évoque notamment « l'éco-conception des logiciels, la sobriété du Cloud et l'éthique des algorithmes ». Digital 113, qui s'appuie sur une équipe de douze permanents (budget annuel : 1,2 M€), dispose d'un conseil d'administration de 48 membres, dont 22 ont été renouvellés le 10 juin.

 

Photo © Fabien Ferrer

Pierre Charvet, Studi

15/06/2021

L’entreprise héraultaise spécialisée dans la formation en ligne Studi (co-fondateur et PDG : Pierre Charvet, 650 salariés, Pérols) s’installera dans un nouveau bâtiment de 9 500 m2 environ - dont le nom provisoire est Studi Center - au printemps 2023. Celui-ci sera situé à proximité de ses locaux actuels, à Pérols, avenue Georges Frêche, à côté du magasin Alinéa. « Nous disposons actuellement de 3 500 m2 de bureaux et devrions atteindre 4 000 m2 à la rentrée via la prise de baux supplémentaires », précise Pierre Charvet, à La Lettre M. De quoi permettre aux équipes de tenir jusqu’à la livraison du Studi Center. Promoteur : Terres du Soleil Promotion. Architecte : Antoine Garcia Diaz. Conseil : Norman Taylor. Ce projet a fait l’objet d’un bail en l’état futur d’achèvement signé entre Studi et son partenaire. Le groupe héraultais sera locataire de ces locaux. Au sein de ces derniers, pourront se rencontrer tous les salariés héraultais de Studi, mais aussi les autres, déployés partout en France, notamment à Paris, soit un effectif qui avoisinera les 1 000 personnes d’ici à 2023. Autre ambition affichée par le dirigeant de Studi : « Se développer à l’international, plus précisément sur le marché européen, dès 2022. » Premiers marchés ciblés : Espagne, Allemagne et Angleterre, « par des ouvertures de bureaux et de la croissance externe ».

Autre ambition affichée par le dirigeant de Studi : « Se développer à l’international, plus précisément sur le marché européen, dès 2022 ». Premiers marchés ciblés : Espagne, Allemagne et Angleterre. Studi déploie déjà ses formations francophones en Afrique et entend lancer des programmes diplômants en anglais prochainement. Cette expansion à l’international se traduira « par des ouvertures de bureaux et de la croissance externe », indique Pierre Charvet. Comptant 130 formations, Studi prévoit de passer à 160 programmes en septembre.

Nathalie Stubler, Transavia France

15/06/2021

La présidente de Transavia France, filiale à bas coût d’Air France, Nathalie Stubler était à Montpellier pour donner les perspectives estivales de la compagnie depuis l'aéroport de Montpellier. « L’objectif de ma visite est de bien affirmer la présence de Transavia sur la plateforme aéroportuaire de Montpellier (deux avions sur une flotte totale portée à 48 appareils en 2021, NDLR). Nous croyons toujours à notre développement ici, indique-t-elle. La compagnie propose ainsi pour la saison d’été au départ de Montpellier huit destinations au niveau national et une dizaine à l’international (Portugal, Grèce, Italie, Tunisie, Suède, Allemagne…), et espère une ouverture prochaine vers le Maroc. « La reprise des réservations des vols est très nette depuis début mai », selon la compagnie.

Nathalie Ravet, Banque de France

08/06/2021

Nathalie Ravet succèdera le 12 juillet à Philippe Saigne-Vialleix, en tant que directrice de la Banque de France dans le Gard. Auparavant, Nathalie Ravet a occupé les fonctions de directrice adjointe de la Banque de France de Nice. Son parcours est jalonné de nombreuses missions au sein de la Banque de France, notamment au sein des services des missions économiques dans le Pas-de-Calais, le Rhône et l'Ain, ainsi qu'au sein des ressources humaines pour l'éducation financière des publics en Île-de-France et comme directrice adjointe à Avignon, indique Les Petites Affiches. Comme l'avait révélé La Lettre M le 2 mars, Philippe Saigne-Vialleix devient directeur de la Banque de France à Limoges (87).

Michael Carletto, Devensys

15/06/2021

Devensys Cybersecurity, start-up spécialisée dans le service numérique et l’édition de logiciels (CA 2020 : 3,5 M€, siège à Montpellier, 30 collaborateurs), lance la spin-off de sa solution Merox. Cette nouvelle entité portera ainsi le nom de sa solution logicielle en SaaS qui permet de prévenir le phishing et l’usurpation d’identité de ses emails et domaines, développée après trois ans de R&D. Elle sera dirigée par Michael Carletto en tant que directeur commercial et marketing. Devensys vise un chiffre d'affaires de 5,25 M€ en 2021.

Jean-Claude Dardelet, Agence d'attractivité de Toulouse Métropole

15/06/2021

À compter du 1er janvier 2022, l’Agence d’attractivité de Toulouse Métropole ( 5M € de budget, 64 salariés) chargée de promouvoir le territoire toulousain dans les secteurs du tourisme, du tourisme d'affaire, du développement économique, du marketing territorial et des tournages, changera de statut. Fruit de la fusion de So Toulouse convention bureau, de l'Office de Tourisme et d'Invest in Toulouse (l'agence de développement économique), la société d'économie mixte (SEM) avait vu le jour en 2016 et sera donc liquidée au 31 décembre 2021. « On était enjoint par la commission européenne, le Conseil d’État et par la Préfecture à clarifier et adapter nos statuts du fait qu’on ait des activités de service public et commerciales (NDRL : avec l’organisation de quelques visites guidées touristiques) peu compatibles avec le statut d’une SEM », explicite à La Lettre M, Jean Claude Dardelet, président directeur général de l’AATM. La création d’une société publique locale sera donc proposée au prochain Conseil métropolitain courant juin. Elle aura avec pour seuls actionnaires Toulouse Métropole ( 80 % ) et la ville de Toulouse ( 20 % ) alors que la SEM en compte une centaine actuellement ( 46% Toulouse Métropole, 11% Ville de Toulouse , 13% la CCI, 29% les socio-professionnels). La future société rachètera donc les parts des autres actionnaires d’ici la fin de l’année et déménagera son siège à la Chambre de commerce et d'industrie.

Louise Lepers, Azelies

15/06/2021

Spécialisée dans le traitement de l'air en milieu médical en tant que distributrice de la société irlandaise Novaerus, la start-up Azelies (installée au Périscope de Ramonville-St-Agne, 7 salariés, CA 2020 : 500 K €), lance sa propre gamme de purificateurs d’air, commercialisés sous la marque Certif R® et destinés aux lieux recevant du public (cinéma, restaurants, salles de spectacles, salle de classe, etc). « Le monde scientifique s'accorde sur le fait qu'un taux de renouvellement d'air, de 4 à 6 fois par heure, freine et limite considérablement la transmission des virus », argumente Louise Lepers, présidente d’Azelies. La société propose la réalisation de tests en situation réelle et accompagne ses clients dans une certification de leurs locaux pour la qualité de l’air intérieur.

Laurence Daubert, Vitesco Technologies

03/06/2021

Vitesco Technologies France (1 800 salariés, siège à Toulouse), filiale du groupe Continental spécialisée dans les technologies de propulsion pour véhicules électriques, hybrides et thermiques, nomme Laurence Daubert au poste de directrice des relations humaines. Disposant de vingt ans d'expérience dans le champ des RH, notamment en qualité de DRH France de Latécoère, à Toulouse, de 2011 à 2021, elle prend en charge un large portefeuille intégrant à la fois la gestion des relations sociales, l'accompagnement des changements organisationnels et managériaux, le développement des compétences et le recrutement de nouveaux salariés.

Paul Magliola, Smart Entrepreneurs Partners

07/06/2021

Il intègre, en tant qu’associé, le bureau de Toulouse de la banque d’affaires Smart Entrepreneurs Partners spécialisée dans les opérations de transmission, les fusions-acquisitions et le financement des PME et des ETI. Originaire dela capitale régionale, Paul Magliola est spécialisé dans la finance d’entreprise. Il était jusqu’à présent basé à New-York au sein des équipes de Crédit Agricole Corporate and Investment Bank (CIB). La banque Smart Entrepreneurs Partners est implantée à Paris, Lyon, Toulouse, Marseille, Nice et Montpellier.

Eric Debard, Debard Automobiles

02/06/2021

« Nous devons être le deuxième distributeur français derrière Aramisauto, mais le premier indépendant, se revendique Éric Debard. On a débuté il y a 20 ans très modestement, et par le travail, on a réussi à créer une vraie marque ». Le fondateur de la concession Debard Automobiles (siège à Albi - une centaine de salariés, CA 2020 : 170 M€) vient d’ouvrir sa onzième agence (13 000 m2) dans la zone de la Méridienne à Béziers après avoir longtemps tenté de s’implanter à Narbonne, sans succès . « Béziers est un très beau projet qui nous permet de draguer la clientèle de Montpellier jusqu’à Narbonne. L'agence est implantée au carrefour des autoroutes A 75 en direction de Clermont-Ferrand et de l'A9 vers la Méditerranée, jusqu’à Marseille et Barcelone », détaille à La Lettre M, le chef d'entreprise qui est également pilote automobile.

À l’issue d’un troisième confinement, où le concessionnaire a cette fois pu recevoir le public sur rendez-vouset une activité commerciale en recul de 10 % par rapport à mars et avril 2019, la bonne santé du groupe ne se dément pas. Le chiffre d’affaires consolidé 2020 est en hausse d’environ 20 % à 170 M€ avec près de 13 000 véhicules commercialisés l'an dernier, contre 10 000 en 2019. Et le dirigeant prévoit une nouvelle progression de 20 à 25 % en 2021. Ce résultat conforte le concessionnaire dans sa stratégie de développement par maillage du territoire. Si Debard Automobiles s’implante au sud à Béziers, il consolide également sa position dans l’ouest avec l’ouverture d’une autre enseigne à Angers (7 000 m2 ) courant juin.

Photo © Debard Automobiles

Alexandre Guibert, Lulilo (Made in bébé)

15/06/2021

L'aveyronnais Lulilo, spécialisé dans la revente de produits de puériculture avec son enseigne Made in Bébé (35 salariés, 20 M € de CA en 2020 avec un trafic annuel de 7,3 M de visites, 350 K commandes, siège à Rodez) reprend le site Allobébé, acteur e-commerce historique de ce même marché. Ce rachat intervient suite à la liquidation judiciaire d’H3M-La Compagnie des petits, son propriétaire. « Au-delà des synergies économiques puisque nous partageons plus de 70 % de fournisseurs communs, on préserve le site Allobébé. Et nous voulons lui redonner ses lettres de noblesse », rassure Alexandre Guibert, fondateur du groupe avec son épouse Stéphanie. Lulilo reprend 26 salariés (sur 48) ainsi que 3 magasins (dont celui d'Albi). Elle y ouvrira son family store (décoration) sous la marque « Papayaa » avant le lancement du e-shop en septembre prochain.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie