Hebdo du mardi

Le grand sud dans la presse

Saurel

Dans sa dernière édition, le magazine toulousain consacre une longue interview de mi-mandat à la présidente de la Région Occitanie. Interrogée sur sa collaboration avec les métropoles, Carole Delga estime que « Saurel n'a pas digéré sa défaite aux régionales. Depuis, il est parti en guérilla contre tout le monde ». Et le qualifie de « Philippe va-t-en-guerre », estimant que « c'est quelqu'un qui ne se construit que dans l'opposition et l'affrontement. Il essaie de reproduire le côté un peu provocateur de Georges Frêche pour correspondre à l'attente des Montpelliérains. Je pense que c'est une profonde erreur d'analyse politique. Déjà, il n'est pas Frêche, il n'a pas son génie, et surtout, les circonstances et les codes ont changé (...) ».

Boudu

Dentifrice

La chaîne de télévision régionale réalise (le 24 novembre) un portrait du laboratoire PharmMatt (CA : 1 M€, Balma - 31) et de ses dirigeants, Corinne et Michel Bourdoncle, créateurs du dentifrice à croquer Frescoryl il y a 13 ans. Dix millions de comprimés sont vendus chaque année année en pharmacies, grandes surfaces, commerces de proximité, etc. Fabriqué dans le nord de la France, le dentifrice Frescoryl est conditionné et expédié depuis un centre d'aide par le travail basé à Saint-Orens-de-Gameville (31). Pharmatt veut désormais percer dans les secteurs du transport aérien et de la restauration hors domicile.

France 3 Occitanie

Septennat

Philippe Saurel, maire DVG de Montpellier et président de Montpellier Méditerranée Métropole, préconise un retour au septennat pour le mandat présidentiel. Dans une interview réalisée le 22 novembre, il explique : « À l'international, pour compter, il faut durer. »

L'Opinion

Gilets jaunes

Pour évoquer l'impact économique du mouvement des Gilets jaunes, la rédaction de la chaîne d'informations en continu zoome sur Transports Dubois (Alès - 30). Selon le reportage, diffusé le 29 novembre, cette PME de 30 salariés a perdu 60 % de son chiffre d'affaires depuis le début du mouvement. Le dirigeant, Laurent Dubois, a déclaré 600 heures de chômage technique. « Dans le Gard le chômage partiel touche une vingtaine d'entreprises. » Un salon de coiffure, situé à côté d'un rond-point régulièrement bloqué, a vu sa fréquentation baisser de moitié. Une de ses employés a déjà perdu deux jours de travail.

LCI
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie