Hebdo du mardi

Décideurs

Olivier Ganivenq, groupe Promeo

08/06/2021

Après le succès de L’Arbre Blanc, folie architecturale montpelliéraine à la renommée internationale, le groupe Promeo renouvelle l’expérience avec une résidence emblématique à Sète. « Ce programme immobilier Ôra est un défi que nous voulons relever dans notre propre ville, confie à La Lettre M Olivier Ganivenq, président de Promeo dont le siège historique est à Sète. Sa livraison est prévue à horizon fin 2023 début 2024. » Ce programme immobilier est signé par Nicolas Laisné, qui fût aussi l’un des architectes de L’Arbre Blanc et l’agence franco-italienne Rotunno-Justman. Érigée sur un foncier d’environ 4 900 m2, issu d’une opération de remembrement, l’opération, située boulevard Jean-Mathieu Grangent, comprend 92 logements (du T2 au T6) dont 24 sociaux pour lesquels le bailleur n’est pas encore choisi. Les travaux vont débuter au cours du premier trimestre 2022. Le programme comprend également une salle commune pour les copropriétaires, de la domotique, une conciergerie avec une application dédiée ainsi que 130 parkings avec des véhicules électriques à partager (voitures et vélos).

Didier Calas, Société publique locale des thermes de Balaruc-les-Bains

08/06/2021

Le chef d’entreprise Didier Calas (L’Atelier des voyages) devient le PDG de la Société publique locale des thermes de Balaruc-les-Bains (Spleth - 34). Sauf contre-ordre, sa désignation a été entérinée lors du conseil municipal du 7 juin, puis par le conseil d’administration de la Spleth. Didier Calas est l’actuel adjoint au maire délégué à la communication, au marketing et aux technologies numériques. Il succède à Thierry Cours qui a démissionné de ses mandats locaux – il était conseiller municipal délégué à la médecine thermale et activités complémentaires - et par conséquent de la présidence de la Spelth. « La nouvelle organisation envisagée pour la Spleth ne me semble pas correspondre à ce qui est bon pour l’entreprise et pour les salariés, confie-t-il à La Lettre M. Il devenait compliqué de continuer à piloter cette entreprise, le rapport de confiance absolue nécessaire à ces fonctions n'étant plus là. » Les thermes de Balaruc-les-Bains (430 salariés directs et 34 M€ de CA hors période de pandémie), avec ses 53 000 curistes accueillis chaque année, sont le premier établissement thermal de France. Un important projet de modernisation et d’extension du pôle bien-être O’Balia devrait par ailleurs démarrer prochainement, comme le révélait La Lettre M dans son article du 11 mai.

Laurent Villaret, FPI Occitanie Méditerranée

08/06/2021

Un an après l'élection de Michaël Delafosse, maire PS de Montpellier et président de la métropole, Laurent Villaret, président de la fédération de promoteurs immobilier Occitanie Méditerranée revient sur la politique d’urbanisme lors d'un point sur le marché du logement au 1er trimestre 2021. « On perçoit une ligne de production de la part de la collectivité. Nous l’avons actée et nous la soutenons », explique-t-il. Ainsi, le Plan local de l’habitat s’établirait à 4 200 logements par an sur la métropole. « Les constructions de logements neufs se feront dans un environnement cadré avec la Serm dans les secteurs aménagés. Un plan de consultation 2021-2022 pour les Zac est en cours de développement avec des signaux positifs. Concernant le secteur diffus, il n’y aura plus d’urbanisation à la parcelle. Nous serons sur des territoires de projet à l’instar du quartier Pompignane », précise le président de la FPI OM. La collectivité attend de l’innovation de notre part pour préfigurer la ville de demain. Nous relèverons ce défi. »

Pierre Hurstel, TBS Education

02/06/2021

Il succède à Philippe Robardey* à la présidence de TBS Education (Toulouse Business School). Ancien élève de l’école de commerce toulousaine et ancien DRH du groupe Ernst & Young, Pierre Hurstel présidait jusqu’à présent la fondation TBS et TBS Alumni. « Cette présidence symbolise le développement ambitieux de l'école, matérialisé par son plan stratégique 2021-2026 ainsi que son nouveau campus toulousain. Pierre Hurstel soutiendra notamment l'accentuation du rayonnement de TBS Éducation, son ambition de devenir une société à mission et son engagement pour le bien-être pédagogique », précise l’établissement. À l'horizon 2026, TBS Education (directrice générale : Stéphanie Lavigne) souhaite former 7 000 étudiants par an, dont 30 % de boursiers. L'école ambitionne alors de compter 140 professeurs permanents, dont 60 % d'enseignants aux profils internationaux, et d'enregistrer 75 M€ de chiffre d'affaires (55 M€ en 2020). Pour cela, elle mise sur le développement de ses quatre campus - Toulouse, Paris, Barcelone et Casablanca – avec un investissement global de 130 M€. Son nouveau campus de Toulouse doit ouvrir ses portes à la rentrée 2025.
*Philippe Robardey est président de la CCI de Toulouse Haute-Garonne et président de la société Sogeclair. Photo © Stephan Gladieu

Henry Mathon, Prévifrance

03/06/2021

Le chiffre d’affaires 2020 de la mutuelle toulousaine Prévifrance progresse de 4 % pour s’établir à 207 M€. De bons résultats attribués à la stratégie numérique initiée en 2017. « La forte digitalisation de nos processus métiers, ainsi qu’une architecture informatique parfaitement adaptée nous ont permis de maintenir notre activité et d’assurer une continuité de service malgré le confinement », commente Henry Mathon, directeur général. La mutuelle a par ailleurs enregistré un gain de 6 500 nouveaux adhérents (+ 2 %) pour sa branche santé et de 4 300 (+ 9 %) pour ses activités prévoyance. « Cela porte le nombre total de personnes protégées à 350 000 », poursuit le dirigeant. Leader du marché dans le Grand Sud-Ouest, Prévifrance est également présent à Paris. Principaux clients : lCité Hôtels, Aerospace Valley, Biolandes, Michel Sarran Restaurant, Berger Levrault, Blanc des Vosges, Tommy’s Diner, Pharmacie Lafayette La mutuelle emploie 450 personnes et exploite un réseau de 40 agences réparties dans 20 départements.

Grégory Mayeur, Satys

08/06/2021

Grégory Mayeur, DG du groupe aéronautique toulousain Satys (2 200 salariés, 190 M€ de CA en 2020), lève le voile sur sa stratégie environnementale, à l'occasion des Aerospace Digital Days, organisés par le pôle de compétitivité Aerospace Valley. « Notre démarche a démarré bien avant la crise, explique-t-il. Nous travaillons sur ces questions depuis plusieurs années de façon proactive. Dès la conception de nos moyens industriels, qui utilisent des produits solvantés et des acides, et jusqu'à leur exploitation, nous optimisons nos process. Nos moyens industriels sont, par nature, extrêmement énergivores. Nous dépensons plusieurs millions d'euros en énergie – gaz et électricité – tous les ans. Les démarches que nous avons engagées nous permettent déjà de réduire nos consommations d'environ 20 %. Les effets sont donc importants. C'est un investissement à la base, mais cela nous permet de gagner en compétitivité. » Au-delà du « bénéfice citoyen » d'une telle démarche, le dirigeant y voit ainsi une réponse aux défis de l'après-crise pour le secteur aéronautique. « La compétition va continuer, martèle-t-il. Le marché a souffert, mais il va redémarrer. Il va donc y avoir un enjeu sur la compétitivité. »

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie