La Lettre M

L'emploi des travailleurs handicapés

Les faits: 

Le constat est sans appel : une personne en situation de handicap a 15 fois moins de chance que les autres d’accéder à un entretien d’embauche. Pourtant, s’il reste encore du chemin à parcourir en matière d’insertion de ce public dans le monde de l’entreprise, les choses tendent à s’améliorer.

L'analyse: 

En matière de recrutement des personnes handicapées, la tendance est à « l’amélioration », se réjouit Marc Dujardin, délégué régional Agefiph (Association de gestion du fonds pour l'insertion professionnelle des personnes handicapées) Occitanie. « Nous ne disposons pas de statistiques régionales, mais au national, il apparaît que le taux d’emploi direct de ces personnes dans les entreprises de plus de 20 salariés est de 4,3 %, constate-t-il. Le seuil fixé par la loi est de 6 %. Nous gagnons 0,3 point par an. Il n’y a plus désormais que 7 % des entreprises n’engageant aucune action en faveur de l’insertion des travailleurs handicapés. En 2006, c’était 29 % ! Un effort très important a donc été réalisé. » Restent cependant un certain nombre de blocages, notamment psychologiques. « Il faut briser les clichés, reconnaît Marc Dujardin. Nous devons poursuivre nos actions de sensibilisation auprès des entreprises, afin de montrer que les personnes handicapées ne sont pas moins compétentes et que leur insertion dans le monde du travail ne nécessite pas forcément de lourds investissements. Et nous mettons en avant le fait que, selon les études, 87 % des effectifs considèrent enrichissante la présence d’un travailleur handicapé à leurs côtés, qui présente un haut niveau d’engagement et d’investissement. » Selon l’Agefiph, en Occitanie, 55.000 personnes reconnues handicapées sont actuellement inscrites à Pôle emploi. « Cela représente environ 10 % du nombre global de demandeurs d’emplois, ce qui est très important. Et ce chiffre a été multiplié par deux en six ans ! », déplore Marc Dujardin. Un phénomène qui s’explique par plusieurs facteurs, notamment le niveau de qualification des personnes en situation de handicap, globalement moins élevé (30 % de diplômés niveau bac ou plus au lieu de 41 %), et la meilleure prise en compte sociale du handicap, qui fait augmenter mécaniquement le nombre de personnes reconnues handicapées.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie