Hebdo du mardi

Décideurs

Jean-François Rezeau, CCI Occitanie

14/12/2021

Le Toulousain Jean-François Rezeau est le nouveau président de la CCI Occitanie. Etait candidat, face à lui, Thierry Julier, président de la CCI de Lozère. Le successeur d'Alain Di Crescenzo aura pour premier vice-président André Deljarry, président de la CCI de l'Hérault. Âgé de 51 ans, d'origine vendéenne, Jean-François Rezeau a été directeur des activités recyclage et valorisation des déchets de Veolia Occitanie pendant plusieurs années. Depuis janvier dernier, il occupe la fonction de directeur de la gestion de portefeuille de ces mêmes activités au sein de Veolia France.

Carole Fistahl, Apec Occitanie

03/12/2021

Carole Fistahl est la nouvelle déléguée régionale de l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) Occitanie. Elle succède à Jean-Sébastien Fiorenzo, qui occupait ce poste depuis sept ans. Ce dernier rejoint le siège parisien et devient directeur adjoint à la direction des services et du Réseau. Salariée de l'Apec depuis vingt ans en débutant comme responsable marketing direct, Carole Fistahl était dernièrement responsable du centre Paris Balard, qu'elle a ouvert et où elle a constitué et dirigé une équipe de 35 collaborateurs. Auparavant, elle a également été responsable des centres de Paris, de Marne-La-Vallée et d'Evry.

Denis Costechareyre, Bactolytix

14/12/2021

La biotech montpelliéraine Bactolytix (trois personnes) prépare une levée de fonds comprise entre 800 k€ et 1 M€ visant à renforcer et à élargir ses capacités de production. « Nous mettons au point, développons et produisons des solutions innovantes à base de bactériophages  virus anti-bactériens ciblant spécifiquement une bactérie  destinés à lutter contre des bactéries pathogènes des plantes », explique Denis Costechareyre, directeur R&D et président, à La Lettre M. Actuellement, l’essentiel de l’activité de Bactolytix est axé vers l’agriculture. Mais l’ambition de Denis Costechareyre est de s’ouvrir à la cosmétologie et à l’agroalimentaire  « notamment les produits transformés potentiellement exposés à la salmonella, la listeria ou à E. coli ». Trois recrutements sont prévus dans les dis-huit mois.

Athanase Kollias, KInvent

14/12/2021

Spécialisée dans la fabrication et la conception de capteurs connectés pour les industries de la performance sportive, de la rééducation et de la kinésithérapie, KInvent (37 salariés, CA : entre 3 et 5 M€), lève 6 M€. Cette opération vise à accélérer la commercialisation des solutions KInvent à l’international, « en Europe et aux États-Unis courant 2022 et en Amérique du Sud et en Asie en 2023 », détaille Athanase Kollias, dirigeant, à La Lettre M. Pour cela, 25 embauches sont programmées en 2022. KInvent veut aussi se donner les moyens de conforter son avancée technologique via le recrutement de dix à quinze techniciens, développeurs et ingénieurs, ainsi que par de la croissance externe. Récemment KInvent a racheté le versaillais Atoutnovation (cinq personnes, Versailles, 78).

Anthony Gontier, JCE de Montpellier

13/12/2021

Il est le nouveau président de la Jeune Chambre Économique de Montpellier. Àgé de 29 ans, Anthony Gontier est le fondateur de la société à missions Verdangry, spécialisée dans la conception d'équipements d'intégration de la biodiversité en ville. Il succède à Amandine Verdier. Originaire de Charente, il a une formation d'ingénieur en énergie de l'ENSI Poitiers et a travaillé au Japon et à Lyon avant d'arriver à Montpellier en 2018. Le bureau 2022 de la JCE de Montpellier sera également composé d’Anne Gormand, secrétaire générale, d’Aziza Imaloui, trésorière et de vice-présidents (Diane Belle, Aude Poupart, Faustine Allier,Mehdi Hamdaoui et Amandine Verdier). François Girault, président 2016 de la JCEM, a par ailleurs été élu président de la Fédération des Jeunes Chambres Économiques d'Occitanie.

Jean-Paul Alic, Melies Business Angels

14/12/2021

Alors qu’un à deux comités d’investissement doivent encore se tenir d’ici à la fin de l’année, « quatre, voire cinq sociétés auront été financées en 2021, pour un montant de 500 k€ », indique Jean-Paul Alic, président du réseau montpelliérain de business angels Melies. Parallèlement, le réseau avance dans la volonté de créer des antennes territoriales : après Nîmes, Béziers devrait voir le jour début 2022, avec l’appui du président du Medef Béziers Littoral Ouest Hérault Matthieu Ourliac, et des contacts sont établis avec la nouvelle agence économique Blue couvrant le territoire Sète-Agde. Parmi les objectifs du réseau affichés pour 2022 : améliorer le reporting, poursuivre le recrutement de nouveaux membres (300 à ce jour)… « Depuis sa création, Melies a financé 45 entreprises à hauteur de 6 M€, rappelle le président. Cela a permis de générer plus de 300 emplois. »

Dans le cadre des Lauréats de l’innovation, soirée organisée à l’occasion de la semaine nationale des business angels, le réseau a récompensé quatre start-up qu'il a accompagnées : Intence, Gear Prod, Watertracks et WeFight.

Antoine de Chassy, Loft Orbital

14/12/2021

La start-up d'origine américaine Loft Orbital, qui a implanté en 2019 son centre d'innovation et de R&D dans la Ville rose, lève 140 M$, soit environ 125 M€, pour accélérer son développement à l'international, sa R&D et le déploiement de son service de microsatellites partagés entre plusieurs clients. L'opération, menée par BlackRock Private Equity, réunit Bpifrance  via son fonds Large Venture  ainsi que les investisseurs historiques de la société : Foundation Capital, Uncork Capital et Ubiquity Venture. La société a déjà procédé à deux mises en orbite en juin dernier. Deux autres sont prévues l'an prochain. L'objectif d'Antoine de Chassy, son président ? Doubler ses effectifs l'an prochain, pour atteindre le cap des 150 salariés (contre 75 aujourd'hui) répartis entre Toulouse et les États-Unis. Le site de la Ville rose, qui compte actuellement 22 salariés, devrait accueillir « entre 25 et 30 » nouveaux collaborateurs en 2022, ce qui conduira Loft Orbital à s'implanter dès mai prochain dans de nouveaux locaux « d'environ 1 000 m2, toujours en centre-ville », explique le dirigeant, qui précise que la société pourrait compter jusqu'à « 300 personnes fin 2023 ». Loft Orbital prévoit le déploiement d’une constellation satellitaire à l’horizon 2025, avec une cadence de lancement trimestrielle attendue dès 2023.

Patrick Piedrafita, CCI de Toulouse Haute-Garonne

14/12/2021

L’activité économique poursuit son redémarrage dans tous les secteurs, selon les chefs d’entreprise, dont la CCI de Toulouse Haute-Garonne se fait le porte-parole. « Ce sont des informations reçues juste avant les dernières annonces gouvernementales » en lien avec la 5e vague de la Covid-19, tempère Patrick Piedrafita, nouveau président de la chambre consulaire. « Près de 40 % des entreprises connaissent une progression de leur chiffre d’affaires au cours du deuxième semestre 2021 » comparé à la même période en 2020. « 24 % des entreprises ont embauché au troisième trimestre », précise le président, qui note cependant que les dirigeants font part de difficultés à recruter. Les chefs d’entreprise sont par ailleurs plus positifs que l’année dernière. 63 % se disent optimistes, contre 15 % seulement au plus fort de la crise sanitaire. Pour autant, 13 % d’entreprises présentent des tensions de trésorerie. Il s’agit là d’un « retour à la normale », indique Patrick Piedrafita, qui compare ce chiffre aux 39 % constatés pendant la crise sanitaire.
Nouvellement installée, la CCI de Toulouse Haute-Garonne compte 65 élus, contre 53 lors de la précédente mandature, pour « mieux veiller à l’équilibre sur le territoire ». Si les commissions finances, marchés et conflits d’intérêt ont déjà été installées, les quatre relatives au commerce et au tourisme, à l’aménagement du territoire, à l’industrie et aux services seront mises en place le 28 janvier. Les sujets de l’environnement et du digital n’auront pas de commission propre mais seront traités sous forme de projets.

Muriel Roquejeoffre, Sangha Hôtel Toulouse

14/12/2021

Les travaux du futur hôtel 3* Sangha (75 chambres) de l’écoquartier de la Cartoucherie démarreront au printemps 2022 et dureront deux ans. Ce projet mixte mêlant hébergement et services, dont le coût de construction s’élève à 6,2 M€, reçoit l’appui de la Banque des Territoires au travers d’une prise de participation à hauteur de 800 k€ en fonds propres et quasi-fonds propres dans la SAS Sangha Immobilier Toulouse. Une société qui sera détenue à hauteur de 60 % par Muriel Roquejeoffre, à l’origine du projet (qui apporte également 1,2 M€ en fonds propres) via sa société Sangha Hôtel Toulouse, et de 40 % par la Banque des Territoires. Dessiné par l’architecte basque Patrick Arotcharen, l’hôtel Sangha occupera les six derniers étages du bâtiment Bliss, sur la future place des halles de la Cartoucherie. « J’ai souhaité créer un lieu urbain zen inspiré de mes voyages et de mes origines cambodgiennes, explique à La Lettre M Muriel Roquejeoffre, ancienne directrice financier de PME et ETI internationales, qui se lance, par ce projet, dans l'aventure entrepreneuriale. C'est une offre de services peu existante sur la gamme 3 étoiles. » Un concept que sa fondatrice ambitionne de développer dans d’autres villes.

Olivier Dabadie, Union de vignerons Plaimont

30/11/2021

Âgé de 44 ans, il prend la présidence de l’Union de vignerons Plaimont, succédant à Joël Boueilh, élu président des vignerons coopérateurs de La Coopération agricole. Membre du conseil d’administration des vignerons de Plaimont depuis 2011, Olivier Dabadie souhaite, en tant que président, « préserver et défendre les cépages autochtones pyrénéens » tout en encourageant la recherche sur les nouveaux cépages. Il poursuivra également les engagements pris par la coopérative sur les « problématiques environnementales et climatiques ».
La coopérative de Plaimont (siège à Saint-Mont dans le Gers, 35 M de bouteilles commercialisées par an, CA : 72 M€) compte 800 producteurs qui cultivent 5 300 ha répartis sur les appellations IGP Côtes de Gascogne, AOC Saint Mont, AOC Madiran et AOC Pacherenc du Vic-Bilh.

Photo © Michel Carossio

Philippe Coy, Confédération nationale des buralistes

14/12/2021

« Depuis plusieurs années, la profession de buraliste est secouée par le marché parallèle de vente de cigarettes ou encore la fiscalité. Mais nous sommes un commerce essentiel qui doit rester compétitif et se diversifier », déclare à La Lettre M Philippe Coy, président de la confédération nationale des buralistes et buraliste dans les Pyrénées-Atlantiques. De passage dans le Tarn le 8 décembre, il a rappelé l’utilité du fonds public de transformation de 100 M€ mis en place par les pouvoirs publics en 2018, encore disponible pendant un an. Pour moderniser leur rayonnage et rendre plus accessible la diversité de l’offre, les buralistes peuvent disposer d’une prise en charge de 30 % de leurs dépenses (HT), pour une aide plafonnée à 33 k€. En Occitanie, 532 buralistes sur 2 120 ont engagé une demande de transformation.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Les Leaders, ceux qui font l’Occitanie », la référence des décideurs d'Occitanie