Hebdo du mardi

Décideurs

Pierre Fugit, Cluster-Lab Silver économie Occitanie

29/09/2020

C’est à l’occasion du Forum Midi Silver Éco, prévu le 15 octobre à Toulouse, que doit être officiellement lancé le cluster régional de la silver économie. « Nous voulons réunir des structures qui ne se connaissaient auparavant pas très bien, voire pas du tout, de façon à générer des synergies, explique Pierre Fugit, président de l’association de préfiguration du Cluster-Lab Silver économie Occitanie. Pour cela, nous souhaitons rassembler à la fois des grands groupes, des ETI, des PME et des start-up, afin de les aider à se développer à l’échelle nationale et internationale. Et attirer des acteurs venus de l’extérieur du territoire. » Pour l’heure, l’initiative est portée par un noyau dur d’une trentaine de structures.

Maxime Mermoz, Toulouse Occitanie Business Club

24/09/2020

Ancien international de rugby ayant évolué au sein des clubs de Toulouse, Toulon et Perpignan, il prend la présidence du Toulouse Occitanie Business Club (TOBC) qui doit être officiellement lancé le 4 novembre au stadium de Toulouse. 21e franchisé du Business Club Group, ce nouveau réseau d’affaires régional réunissant dirigeants et décideurs issus du secteur industriel sera animé par Stéphane Barrier et Stéphane Martin. Ses membres se réuniront une fois par mois. Maxime Mermoz (34 ans) est à la tête de la société Symbioz Solutions (siège à Escalquens - 31) spécialisée dans le conseil en défiscalisation pour les professionnels et les particuliers.

Françoise Nauton-Inglis, Choosit

29/09/2020

Prise de participation majoritaire de Françoise Nauton-Inglis dans l’agence montpelliéraine de communication et de développement digital Choosit (près de 1,4 M€ de CA en 2019, 18 salariés). Philippe Nahoum, le fondateur, conserve pour l’instant 12 % des parts qu'il cèdera à la nouvelle dirigeante dans trois ans. Ancienne Daf puis DG du groupe montpelliérain Kaliop (spécialiste de la transformation numérique et de l’innovation des entreprises), Françoise Nauton-Inglis arrive avec un projet de développement pour Choosit pour la « digitalisation des PME et des ETI qui sont à des niveaux de maturité différents. Pour faire cette transformation digitale, elles se retrouvent parfois face à des acteurs du numérique trop « petits » et au panel de compétences insuffisant par rapport à leurs besoins ou, au contraire, face à de grosses entreprises de services numériques à l'offre parfois très - trop – segmentée. » « L’objectif est de faire entrer des grands comptes et d’accueillir une typologie de clients un peu différentes avec de belles PME ou ETI », ajoute Philippe Nahoum. Une dizaine de recrutements est prévue d’ici à septembre (commercial, accompagnement de projet, technique).

Olivier Lapierre, Symétrie

21/09/2020

« Quoi qu’il arrive, ça va se faire », assure à La Lettre M Olivier Lapierre, gérant de Symétrie. Spécialisée dans la conception d’hexapodes de positionnement de haute précision pour le spatial ou le naval, la PME nîmoise prévoyait, avant le confinement, de déménager à l'Antiparc de Bouillargues (30) d'ici 2021. « Nous sommes en train de consulter les architectes, le chantier sera lancé début 2021 et nous aurons déménagé d’ici le premier semestre 2022 », affirme aujourd'hui le dirigeant, précisant que l'investissement total n'est plus estimé à 5 M€ mais à 6 M€. Objectifs : regrouper les deux équipes, actuellement espacées de 400 mètres dans le parc Georges Besse, et tripler à moyen terme la capacité de production. Une hausse qui doit se traduire en 2023 par un franchissement de la barre des 10M€ de CA.

L'entreprise, qui compte parmi ses clients Thales, Safran et le Commissariat à l'énergie atomique (CEA), n'est pas encore déstabilisée par la crise. « Nous verrons les effets de la Covid fin 2021, explique Olivier Lapierre. Nous sommes positionnés sur de grands projets technologiques et scientifiques, français ou européens, qui ont des phases d’études très longues. La grande question, aujourd'hui, c'est : est-ce qu'ils vont-ils être gelés, reportés, étalés dans le temps ? »

Adrien Rambier, Haussmann group

29/09/2020

Spécialisé dans l’immobilier historique, le promoteur montpelliérain Haussmann annonce avoir réalisé une levée de fond corporate (le montant reste confidentiel) avec la financière Arbevel (Paris, 2 Md € en gestion), adossée au soutien de la garantie PME InnovFin du Fond Européen d’investissement (FEI) dans le cadre du plan Horizon 2020. « Cette levée de fonds obligataire va nous permettre de réaliser 5,8 M€ d'investissement pour poursuivre notre déploiement au niveau national depuis Montpellier, Toulouse, Aix, Marseille et d’ici la fin de l’année à Nice, puis suivront Lyon et Paris, indique Adrien Rambier, président fondateur du groupe. Le groupe qui emploie actuellement treize salariés devrait recruter un à deux collaborateurs en 2021. »

Antoine le Quellec, Sofilec

29/09/2020

Le groupe montpelliérain Sofilec (18 agences, plus de 150 salariés) lève 5 M€. Il est spécialisé, au travers de ses filiales Loc +, Apex et covetech, dans la location de matériel BTP et de véhicules utilitaires et de tourisme, ainsi que dans la sécurité sur les chantiers. Au programme : ouvertures d'agences et acquisitions d'entreprises. « Courant 2021, nous prévoyons l’ouverture d’agences à Marseille (13), Fréjus (83) et Castres (81) et ciblons 25 agences Loc + réparties entre l’Occitanie et la région Sud/Paca, ainsi que dix agences Apex sur la même zone. Apex Narbonne ouvrira en fin d’année », précise Antoine le Quellec, PDG du groupe, à La Lettre M. En termes de croissance externe, Sofilex va reprendre, au mois d'octobre, l'entreprise BC BTP, basée en Ariège (Saverdun), qui opère sur le contrôle technique et va permettre à la filiale Covetech de doubler son chiffre d’affaires, ajoute Antoine le Quellec.

Philippe Crébassa, ATB

29/09/2020

Dans une longue interview accordée à La Lettre M (à retrouver sur lalettrem.fr), Philippe Crébassa, président du directoire de l’aéroport Toulouse-Blagnac (ATB), évoque les conséquences de la crise sur l’activité de la plateforme aéroportuaire. « La crise rebat les cartes pour tous les acteurs de la chaîne du transport aérien, confie-t-il. Jusque-là, le trafic mondial doublait tous les quinze ans. Aujourd’hui, pour la première fois, une crise nous enlève toute visibilité pour les cinq années à venir. » Pour faire face, ATB a divisé par deux les montants de ses investissements prévus en 2020, en passant de 47 à 25 M€. Pour Philippe Crébassa, les aéroports sont les grands oubliés du plan de relance. « Nous perdons de l’argent tous les jours, martèle-t-il. Et ce, en raison, notamment, de décisions des États qui entravent la reprise du trafic aérien. » Autre sujet d’inquiétude : la possible instauration d’une écotaxe, qui fait partie des grandes mesures préconisées par les participants de la « Convention citoyenne pour le climat ». « Ce type de mesures, plutôt que d’aider le transport aérien à se réinventer, vient le museler, le condamner », soupire-t-il.

Florence Robin, Limatech

29/09/2020

La société toulousaine Limatech (10 salariés), qui développe une batterie au lithium dédiée au secteur aéronautique, lève 2,2 M€. Un tour de table qui intègre à la fois ses actionnaires historiques – les trois fondateurs Florence Robin, Maxime Di Meglio et Marc Béranger, ainsi que des business angels – et de nouveaux entrants : Bpifrance (250 k€ en obligations convertibles), un pool d’investisseurs via la plateforme de financement participatif Finple (600 k€) et Jacques Mouchet, président du groupe Ateq (en son nom propre, à hauteur de 400 k€). « Cette opération nous permet d’accompagner la certification de notre premier produit, prévue pour 2021, avant de le lancer sur le marché en 2022, explique à La Lettre M Florence Robin. À terme, notre objectif est de décarboner un million de tonnes de Co2, ce qui représente 30 000 batteries, soit 130 M€ de CA à l’horizon 2028. »

 

> À lire également : Limatech prépare une levée de 2 M€

Pierre-Olivier Nau, Medef 31

25/09/2020

Après deux mandats de trois ans chacun, Pierre-Marie Hanquiez cède la présidence du Medef Haute-Garonne à Pierre-Olivier Nau. Lors de l'élection qui s'est déroulée le 24 septembre, le président de Manatour avait pour seul adversaire Alain Rabary, dirigeant de Val Software. Diplômé de TBS (Toulouse Business School), Pierre-Olivier Nau (45 ans) était directeur marketing de MasterCard France avant de reprendre, en 2019, l'entreprise créée en 1990 par son père, Philippe Nau, et Jean-Pierre Mas, actuel président de l'organisation professionnelle Les Entreprises du Voyage (ex-Snav). Spécialiste du tourisme de découverte économique, le groupe Manatour - qui exploite notamment le musée aéronautique Aeroscopia de Blagnac - emploie 85 salariés (6,7 M€ de CA en 2018). Le Medef Haute-Garonne revendique près de 600 adhérents directs.

Bertrand Serp, Toulouse Métropole Habitat

18/09/2020

Vice-président de Toulouse Métropole en charge de la transition digitale, Bertrand Serp est élu à la présidence de l’office public de l’habitat de la métropole toulousaine, Toulouse Métropole Habitat (DG : Luc Laventure). Il succède à Daniel Rougé qui présidait l’office depuis février 2020. Bertrand Serp est par ailleurs co-président de la commission Numérique & Innovation de France Urbaine regroupant les grandes agglomérations françaises et vice-président de l’association Opendata France. Créé en 1921, Toulouse Métropole Habitat (416 salariés) gère un parc de près de 18 000 logements implantés dans 29 communes et porte des projets dans 19 autres situées dans des territoires voisins de la métropole.

Gérard Portes, communauté de communes Tarn-Agout

18/09/2020

Le président de la communauté de communes Tarn-Agout, Gérard Portes, et le distributeur d’électricité Enedis, représenté par Frédéric Godard, directeur territorial d’Enedis dans le Tarn, renforcent leur coopération en signant « quatre conventions permettant la mise à disposition de données nécessaires à la politique énergétique du territoire et à l’élaboration de son Plan Climat Air Énergie Territorial » (PCAET). Ce plan est l’outil principal de la politique de transition énergétique portée par la communauté de commune. Les quatre conventions visent à partager entre les signataires « une cartographie des réseaux électriques, des données de production et consommation énergétiques et des indicateurs de précarité́ énergétique du territoire ».

Ces informations « serviront de référentiel permettant d’évaluer et de suivre les actions mises en œuvre par la communauté́ de communes Tarn-Agout ».
La communauté de communes Tarn-Agout est née en 1994 ; elle couvre 21 communes – 20 dans le Tarn et une en Haute-Garonne – et compte 30 000 habitants.

Adrien Delaporte, CLSO

29/09/2020

Présidé par Adrien Delaporte, le Club logistique du Sud-Ouest (CLSO) organise les 16e journées de la logistique le 15 octobre à Colomiers (restaurant Le Canard sur le toit). Au programme de cette journée, ateliers thématiques et table-ronde consacrés au rôle de la supply-chain dans la gestion de crise. Plusieurs dirigeants témoigneront de leur expérience dans ce domaine : Pierre Gaches (Gaches Chimie), Valérie Jimenez (Jimenez FVA), Jacques Boyé (Paul Boyé Technologies). Autre actualité pour le CLSO, la mise en ligne de son nouveau site internet fin septembre (clublogistique.fr). « Le design sera plus fluide et nous proposerons de nouvelles fonctionnalités à nos adhérents », précise à La Lettre M Adrien Delaporte. Créé en 1998, le club compte une centaine d’adhérents.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie