Hebdo du mardi

Décideurs

François Asselin, CPME France

16/04/2019

« Ici (dans l’Hérault, NDLR), il n’y a que des entrepreneurs de terrain, avec une forte représentation des PME ». Le 10 avril, François Asselin, président national de la CPME, était invité à Montpellier à l’occasion de l’assemblée générale de la CPME 34 (nouveau président : Grégory Blanvillain). Il a partagé avec La Lettre M sa vision du tissu économique local. « Il y a en Occitanie deux grandes métropoles qui jouent le rôle d'aspirateur économique ». Une concentration accentuée par la fusion des deux anciennes régions (Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon), estime-t-il - « C'est une difficulté. » - et qui nécessite « une bonne orientation et la sagesse des acteurs politiques et économiques ».

 Il a également évoqué la pression fiscale qui pèse sur les PME et une culture du contrôle défavorable à la prise de risque. « Il faudrait reconsidérer la relation de la PME avec l’administration. C’est un état d’esprit à faire évoluer », poursuit-il.

Jean Dokhelar, Urssaf Midi-Pyrénées

10/04/2019

Dirigée par Jean Dokhelar, l'Urssaf Midi-Pyrénées veut mettre au point un accompagnement adapté aux besoins des start-up. L'initiative, originale en France, va être menée en partenariat avec l'incubateur régional Nubbo, La Mêlée, le Village du Crédit Agricole 31 et l'École des Mines d'Albi. Concrètement, une trentaine de start-up va être sélectionnée par les partenaires de l'Urssaf qui élaborera avec elles le contenu de cette offre adaptée. Des ateliers de formation aux formes juridiques, aux régimes fiscaux et aux exonérations commenceront dès juin. Les jeunes entreprises disposeront d'un point d'entrée unique à l'Urssaf et bénéficieront d'entretiens individuels au début de leur activité et au bout de 9 mois.

« Nous avons établi trois profils de porteurs de projets : les pressés qui ont besoin d'un accès rapide à nos services, les interrogatifs qui veulent tout savoir sur le fonctionnement et leurs droits, et les craintifs qui ont besoin d'accompagnement, explique l'Urssaf. Nous avons vu également que la phase d'amorçage des start-up est un moment délicat où elles peuvent avoir des problématiques de trésorerie. »

Chantal Passat, Ad’Occ

16/04/2019

La responsable du département agroalimentaire au sein de l’agence régionale de développement économique Ad’Occ indique que le salon professionnel des fruits et légumes Medfel aura lieu 24 au 26 avril au parc des expositions de Perpignan. À l’honneur : les fruits alicaments (kaki, grenade, myrtille …). 103 acheteurs honoreront les 5 000 rendez-vous pré-programmés avec la production. Parmi eux, l’acheteur pour Géant Casino en Tunisie, un acheteur d’Arabie-Saoudite aux 600 M€ de CA, un groupe brésilien aux 100 hypermarchés… L’emploi, ou comment trouver la bonne adéquation entre offre et demande, aura aussi son pôle. Enfin, un « organic market by Medfel » mettre le bio en avant.

Xavier Lefebvre, Nîmes Métropole

11/04/2019

À partir du 2 mai, il sera le nouveau directeur adjoint du pôle développement économique de l’agglomération Nîmes Métropole (président : Yvan Lachaud). Il sera notamment en charge de suivre l’aéroport et les zones d’activités. Il est actuellement directeur du pôle Attractivité économique et Territorial à l’agglomération du Grand Narbonne (président : Jacques Bascou). La collectivité audoise va réorganiser ses services dédiés à l’économie et recrute un directeur pour le service développement économique et un chargé de mission.

Bruno Ducasse, MBS

11/04/2019

Bruno Ducasse est nommé directeur de Montpellier Business School (3 800 étudiants) à compter du 13 mai. Il succède à Didier Jourdan qui a fait valoir ses droits à la retraite. Âgé de 49 ans, il est lui-même un ancien de MBS. Bruno Ducasse est actuellement directeur de la CCI 34. Un appel à candidatures a été lancé par la chambre consulaire pour le remplacer. La nomination du ou de la nouvelle DG sera connue le 7 mai à l’issue du bureau de la CCI. Au sein de MBS, Bruno Ducasse aura pour mission de poursuivre le développement à l’international de l'école, ainsi que la politique sur la diversité impulsée depuis plusieurs années. Il sera également en charge de porter le projet de campus de MBS. L’objectif est aussi d’entrer dans le top 10 français des grandes écoles. Actuellement, MBS est en 13e position.

Grégory Blanvillain, CPME 34

08/04/2019

Grégory Blanvillain, fondateur de l’agence événementielle Com’Event (5 salariés, 1,5 M€ de CA, Lattes) est fortement pressenti pour être élu président de la CPME 34 (Confédération des petites et moyennes entreprises), le 10 avril. Il succèderait à Bernard Cabiron (Cabiron traiteur). Le syndicat CPME 34 compte près de 400 adhérents. « Notre objectif est de doubler le nombre d’adhérents d’ici à deux ans. Nous allons également mettre un fort accent sur la RSE », indique-t-il. Des personnalités héraultaises devraient faire leur entrer au conseil d’administration : Thierry Aznar (Helenis), Roger-Yannick Chartier (Corum Immobilier), Stéphane Cerdan (groupe Cerdan) ou encore Bertrand Couronne (Agripal clôtures) sont évoqués.

Thomas Fraisse, Digital 113

10/04/2019

Il quitte fin avril son poste de directeur général délégué du cluster Digital 113. Digital 113 fédère prés de 400 entreprises du numérique. Thomas Fraisse était en charge du comité territorial est de Digital 113 (ex-FrenchSouthDigital) et de la coordination de ses actions au niveau régional. Le recrutement de son successeur est en cours.

Guilhem Vigroux, Groupama Hérault

11/04/2019

Il est élu président de la fédération Groupama de l’Hérault le 5 avril, à Lattes, lors du conseil électif. Guilhem Vigroux, 46 ans, succède à Jean-Charles Tastavy qui arrive au terme de son mandat après 8 années à la présidence de la fédération de l'Hérault. Ce dernier reste président de la caisse régionale « Capestang Terres d'Oc ». Guilhem Vigroux, viticulteur, occupe des fonctions d'élu au sein de Groupama Méditerranée* depuis 2006. Il est par ailleurs secrétaire général de la Chambre d'agriculture de l'Hérault, président du groupe de presse « Paysan du midi » et administrateur de la cave coopérative de Villeveyrac.
* Président : Jean-Pierre Constant, directeur général : Michel Penet, 432 000 sociétaires, CA : 639 M€, 1 500 salariés, 247 agences, siège à Montpellier.

Guillaume Faury, Airbus

16/04/2019

Le 10 avril, Airbus (134 000 salariés, CA 2018 : 63,7 Md€, siège à Blagnac) s’est trouvé un nouveau président exécutif en la personne de Guillaume Faury. Le conseil d’administration du groupe toulousain a en effet approuvé la nomination du Français, qui présidait jusque-là la division aviation commerciale d'Airbus, en remplacement de l’Allemand Tom Enders, dont le mandat était arrivé à son terme. Autre nomination : celle de René Obermann, qui succèdera à Denis Ranque à la tête du conseil d’administration du groupe à partir de 2020. René Obermann est par ailleurs DG du fonds d’investissement privé Warburg Pincus depuis 2015. De leurs côtés, Claudia Nemat et Carlos Tavares sont reconduits au conseil d’administration du groupe Airbus pour une durée de trois ans, tandis que Catherine Guillouard est nommée présidente du comité d’audit, en remplacement d’Hermann-Josef Lamberti.

Geoffroy Roux de Bézieux, Medef

11/04/2019

À l’occasion de la Grande Tribune des Entrepreneurs, organisée par le Medef 31 le 11 avril à Castelmaurou, Geoffroy Roux de Bézieux, président national du Medef, s’est exprimé devant la presse sur les grands sujets de l’actualité économique. Sur le récent report du Brexit au 31 octobre, le patron des patrons s’est dit « soulagé, car la pire des solutions aurait été une sortie sans accord. Mais pour le moment, cela ne résout rien. Il faut que les parlementaires britanniques en finissent, car il n’y a rien de pire que l’incertitude. » Autre sujet d’actualité : la fin du Grand débat. « J’ai dit dès le départ que le mouvement des gilets jaunes était une révolte fiscale et qu’on n’en sortirait pas avec une hausse d’impôts. Il semble désormais que le gouvernement en soit conscient, tant mieux. » Enfin, le président du Medef a réaffirmé sa position quant au recul, qu'il juge « nécessaire », de l’âge de départ à la retraite.

Au sujet du Brexit, Geoffroy Roux de Bézieux fait état d’un « ralentissement de la croissance britannique, qui n’est pas une bonne nouvelle pour les entreprises françaises ». Et d’ajouter : « L’accord, que nous soutenons, est équilibré. Il faut maintenant que les Britanniques prennent leurs responsabilités ». Sur la fin du Grand débat, le président du Medef se veut optimiste : « Si les principales mesures qui sont prises désormais par le gouvernement consistent à baisser les impôts, alors je considère que le bon cap a été pris, même si nous aurions pu éviter six mois de manifestations ». Du mouvement des gilets jaunes, l’homme retire néanmoins deux enseignements. « Tout d’abord, sur la question de la mobilité, nous avions un peu oublié, nous qui contribuons massivement au financement des transports en commun, que 70 % des salariés étaient obligés de prendre leur voiture pour aller travailler, confie-t-il. Nous devons réfléchir à un moyen permettant de rééquilibrer le financement entre transport en commun et transport individuel. » Autre enseignement : le sentiment d’inégalité évoqué par les Français, que Geoffroy Roux de Bézieux explique par le fait que « l’ascenseur social est complètement bloqué ». Avant d’ajouter : « Sur ce sujet, les entreprises jouent pas mal le jeu. Après tout, il est plus simple, aujourd’hui, quand on n’est pas diplômé, d’évoluer dans une entreprise qu’au sein de la fonction publique ! » Sur la question des emplois non pourvus, le président du Medef met en avant, au-delà des « problèmes de formation », l’écart, qu’il juge peu motivant, « entre la rémunération nette du travail et les revenus des aides sociales ». L’âge du départ à la retraite fait également partie des dossiers brûlants évoqués par Geoffroy Roux de Bézieux. « En France, l’espérance de vie est en hausse, se réjouit-il. À côté de ça, nous faisons moins d’enfants, c’est un fait. La vraie question est la suivante : est-ce qu’en restant à un âge de départ à la retraite fixé à 42 ans de cotisations, on finance le système ? La réponse est non. Nous n’avons donc pas le choix. Nous ne pouvons pas faire autre chose que repousser ce seuil. » Dans ce contexte, les entreprises sauront-elles valoriser la place des plus âgés au sein de leurs équipes ? « Il faut que l’on porte un regard différent sur les seniors, reconnaît le président du Medef. Nous devons par ailleurs réfléchir à des systèmes de retraite progressive et de cumul emploi/retraite ».

Alain Lacour, Lyra

11/04/2019

Ce nouveau service, assure le groupe Lyra (290 salariés, CA 2018 : 60 M€, président : Alain Lacour, siège à Labège - 31), est « inédit ». Le spécialiste de la sécurisation des paiements de proximité et en ligne lance un système de paiement utilisant l’application de messagerie instantanée WhatsApp. Cette solution, qui s’adresse aux commerçants, peut trouver plusieurs applications, comme le paiement d’un acompte permettant de valider une réservation depuis un pays étranger, ou encore le paiement du solde à la fin d’un séjour dans une maison d’hôte, par exemple. Fondé en 2011, Lyra dispose de 10 filiales à l’international (Algérie, Allemagne, Brésil, Chili, Espagne, Inde, Mexique, Argentine, Colombie et Pérou). Le groupe indique avoir transmis et sécurisé plus de 11 milliards de paiement dans le monde en 2018.

Eric Colmar, MobilyGreen

09/04/2019

MobilyGreen (2 salariés, cofondateur : Éric Colmar, siège à Montaigut-sur-Save - 31) va déployer entre septembre 2019 et mars 2020, puis superviser un parc de 148 points de recharge pour véhicules électriques sur le nouveau site de la Socamil à Castelnaudary. La centrale d’achats du groupe de distribution E. Leclerc en Occitanie va y mettre à disposition de ses 350 salariés une flotte de 180 véhicules électriques, des Renault Zoé notamment. L’investissement s’élève à environ 500 k€ pour la Socamil.

Les usagers du site pourront de plus avoir accès à un réseau de 1 800 bornes dans la région, 20 000 en France et 25 000 en Europe, installées par des partenaires de MobilyGreen. À ce jour l'entreprise a déployé plus de 300 bornes de recharge électrique en France. Son chiffre d’affaires devrait atteindre 900 k€ cette année grâce à ce nouveau contrat, selon Eric Colmar, cofondateur. « Nous travaillons sur ce dossier depuis deux ans. C’est un projet d’envergure sans précédent en France pour une entreprise privée », assure Eric Colmar. L’offre technique (bornes Schneider, câblages Ineo et raccordement EFG) de MobilyGreen « permet la recharge simultanée d’un grand nombre de véhicules sans perturber le réseau ».

Marc Séguret, Séguret Décoration

16/04/2019

L’enseigne indépendante aveyronnaise Séguret Décoration (CA : 30 M€), spécialisée dans la distribution de produits de décoration, injecte 1 M€ dans la rénovation et la réorganisation de ses 15 points de vente. « L’objectif est de mettre en avant nos principales gammes au sein d’espaces dédiés aménagés sous forme de showrooms », précise Marc Séguret, co-dirigeant (avec son frère Franck) du groupe éponyme de 120 salariés, créé par son père en 1961.

Historiquement positionné sur le marché des professionnels qui représentent 80 % de son chiffre d’affaires, Séguret Décoration vient par ailleurs de lancer un site internet dédié aux particuliers en vue de gagner des parts de marché auprès de cette clientèle. « De quoi conforter nos positions et l’activité globale du groupe », indique le dirigeant. En 2018, son chiffre d’affaires a progressé de près de 4 % pour atteindre 30 M€.

Lionel Ader, Maison Ader

16/04/2019

Spécialisée dans la fabrication artisanale de charcuterie pyrénéenne, la Maison Ader (30 salariés, cogérants : Hervé et Lionel Ader, siège à Trie-sur-Baïse - 65) mise sur le bio pour se développer. Certifiée depuis 2013, l’enseigne a lancé Henri & Jean, une marque dédiée à ce secteur, fin 2017 et vient d’étoffer sa gamme avec 9 nouveaux produits dont 4 bio. Distribuée dans 600 points de vente en grande distribution et en magasins spécialisés, la Maison Ader vise un chiffre d’affaires de 5 M€ cette année (contre 4,5 M€ en 2018 et 3,7 M€ en 2017).

« C’est un marché porteur qui représente 20 % du CA aujourd’hui, précise Lionel AderNotre objectif est de réaliser 35 % de notre activité sur ce secteur en 2022. » L’entreprise a investi 1,6 M€ l’an dernier pour moderniser ses locaux de 750 m2 où elle transforme environ 600 tonnes de viandes chaque année.

Laurent Gauze, Perpignan Méditerranée Invest

10/04/2019

Une délégation de chefs d’entreprise (intelligence artificielle, hôtellerie, chatbot) - l’un d’entre eux pèsant à lui seul quelque 250 start-up - venue d’Inde, emmenée par Lauren Gauze, président de l’agence de développement économique Perpignan Méditerranée Invest découvre début avril le potentiel du territoire roussillonnais. Cette délégation a notamment visité les pôles d’activités économiques et d’enseignement supérieur, tels que Tecnosud, Imerir et l’Idem.

Thierry de Bailleul, Gérard Bertrand

10/04/2019

Il est nommé Chief Commercial Officer (CCO) au sein du groupe viticole audois Gérard Bertrand (129 M€ de CA, 305 salariés, Narbonne). Thierry de Bailleul était auparavant directeur général de la compagnie aérienne Emirates, après plus de 25 ans chez Air France. Le groupe audois est par ailleurs à la recherche de son directeur export, hors Amérique du Nord.

Alain Thirion, préfecture de l’Aude

09/04/2019

Le préfet de l’Aude, Alain Thirion, présente le 3 avril le dispositif d’aides attribuées aux secteurs de l’artisanat, de l’agriculture, de l’industrie et du tourisme suite aux inondations du 15 octobre 2018. Au total ce sont près de 11M€ qui ont été allouées aux entreprises locales, concentrées à Carcassonne, Trèbes et Villegailhenc, en soutien à leur activité ou à l’emploi. Le maintien de l’emploi représente une enveloppe de 2,42 M€, dont 1,6 M€ pour 195 parcours emploi compétences. L’État a aussi financé le chômage partiel de 96 entreprises (à hauteur de 80 % du Smic), soit 829 k€ d’aides.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie