Fil infos

Gard
|
Finances / Institutions
| 10/06/2021

L'économie gardoise « s'en sort mieux que la moyenne régionale » selon Philippe Saigne-Vialleix (Banque de France)

Le 12 juillet, Philippe Saigne-Vialleix, directeur de la Banque de France dans le Gard, quittera ses fonctions. Nathalie Ravet lui succèdera.

À quelques semaines de son départ de la Banque de France du Gard, Philippe Saigne-Vialleix partage ses perspectives quant à la reprise de l'activité économique dans le département. Premier point, selon lui, l’économie gardoise « s’en sort plutôt mieux que la moyenne régionale et globalement aussi bien que la moyenne nationale ». Une orientation rassurante portée par la diversité sectorielle et économique du département, estime-t-il. Ainsi, le directeur de la banque de France dans le Gard ne craint pas de crash en termes de défaillances d’entreprise. « Quand les aides gouvernementales s’arrêteront, nous devrions retrouver un cycle normal de dépôts de bilan. Certes, les entreprises déjà fragiles avant la crise, si elles n’ont pas su se réinventer, sont susceptibles de ne pas survivre. Mais si cela se traduit par une hausse statistique des défaillances d’entreprises, elle ne sera probablement due qu’à un rattrapage », analyse-t-il. Entre 2019 et 2020, le nombre de dossiers de médiation du crédit traités, qui concernent les entreprises, est passé de 13 à 171. Une très forte croissance en ligne, mais elle est en ligne avec la tendance nationale.

Stéphanie Roy / roy@lalettrem.net

"Jamais autant travaillé de ma vie que durant la crise sanitaire !"

À compter du 12 juillet, Nathalie Ravet prendra la direction de la Banque de France dans le Gard (18 personnes). Son mandat devrait durer de trois à cinq ans. Directrice adjointe de la Banque de France des Alpes-Maritimes, elle succède à Philippe Saigne-Vialleix qui rejoint de son côté la Banque de France de la Haute-Vienne, où il assurera des fonctions similaires. L’occasion pour ce dernier de faire un bilan de ses quatre années gardoises, marquées par des mouvements sociaux (Gilets Jaunes notamment) et bien sûr la crise sanitaire. Durant la pandémie, Philippe Saigne-Vialleix indique : « Je n’ai jamais autant travaillé de ma vie, même quand on est passé à l’euro fiduciaire ! »

Le directeur note toutefois que cette période particulière lui a permis de conforter certains liens et d’en nouer d’autres avec des réseaux et clubs d’entreprises locaux. Le tissu gardois, en matière de réseaux d’entreprises, est très riche et très actif, estime-t-il. « Beaucoup d’associations professionnelles se sont rapidement mobilisées et m’ont sollicité. En Occitanie, comparativement à mes confrères, j’ai été le plus sollicité par ces réseaux. » D’ailleurs, Nathalie Ravet a déjà pu faire connaissance avec certains de ces réseaux. « Nous leur avons présenté notre offre de formations gratuites destinées aux entreprises », indique-t-elle.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie