Fil infos

Gard / Hérault
|
Hôtellerie - Restauration
| 15/10/2021

La recette de Traiteur Grand pour échapper à la crise

Ghyslain Morvan, gérant du groupe Valore ©DR

Spécialisé dans la restauration événementielle, Traiteur Grand devrait voir son CA 2021 atteindre les 6 M€, après 5 M€ en 2019. Une performance dans un secteur frappé de plein fouet par la crise sanitaire. « Nous avons remporté plusieurs contrats significatifs cette année, analyse auprès de La Lettre M Ghyslain Morvan, gérant du groupe Valore (120 personnes, siège à Montpellier) regroupant les trois sociétés sous enseigne Traiteur Grand, à Nîmes, Béziers, et Montpellier. Parmi les derniers contrat décrochés : ceux du sommet Afrique-France (8/10) réunissant 3 700 personnes, et de la Nuit de l’attractivité du Medef Béziers (21/10).
À cela s'ajoutent quelques contrats récurrents et significatifs, tels que la confection des commandes sur-mesure pour les loges du Sud de France Arena, à Montpellier, et l’exploitation de ses buvettes/snack. « Nous avons aussi décroché des contrats pour l’approvisionnement de plats cuisinés en entreprise, avec notamment Septeo (près de 2 000 salariés, dont 800 à Lattes, ndlr), l’Idrac ou encore Hexis (450 salariés, dont 264 à Frontignan, ndlr). » Résultat, la société affiche un CA mensuel de l’ordre de 1 à 1,2 M€, contre une fourchette mensuelle oscillant entre 300 et 700 k€ avant la crise de la Covid-19 en 2019.

Restructuration
Autre paramètre pour expliquer cette croissance dans un contexte pourtant tendu : la restructuration du groupe, engagée il y a environ un an, qui commence à porter ses fruits. « En août 2020, le groupe Valore a lancé une réorganisation, indique Ghyslain Morvan. Les trois sociétés Traiteur Grand sont désormais spécialisées dans le service, l’accueil et l’exploitation des espaces de restauration sur site (Parc Expo de Nîmes, Sud de France Arena à Montpellier, Idrac, Septeo…). Nous avons aussi créé M Services (trente personnes) dédiée au transport et à la logistique pour la livraison des plats et M Gastronomie (55 personnes) qui assure la production des plats cuisinés sur le site de Montblanc. »
Cette réorganisation permet de réduire la pénibilité pour les salariés et donc d’attirer des talents. « Quand vous demandez à un maître d’hôtel installé par exemple à Paris de descendre pour un événement dans le sud de la France, il est difficile de lui demander d'assurer aussi le transport et le chargement/déchargement des repas qu’il servira, ce n’est pas très sexy », résume Ghyslain Morvan. Alors que le secteur de l’hôtellerie/restauration est confronté à une pénurie de main d’œuvre, l’amélioration des conditions de travail s'avère être un choix hautement stratégique. « Chaque mois, nous faisons travailler environ 150 personnes », note le dirigeant. De plus, cette restructuration permet à l’entreprise de réduire ses coûts - « au lieu d’avoir huit camions qui transitent chaque jour vers les différents sites de nos clients, nous n’avons qu’un seul camion opéré par les équipes de M Services qui livre les différents sites », relève le gérant – et son empreinte carbone.

Stéphanie Roy / roy@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie