Hebdo du mardi

En coulisse

Métropole de Montpellier : Meunier se met " à disposition " pour 2020

« Aux élections municipales de 2020, je me présenterai à Lattes, pas à Montpellier, que les choses soient claires, confie Cyril Meunier, maire DVG de Lattes, commune proche de Montpellier, et ex-vice-président de Montpellier Métropole délégué à l'environnement (entre 2014 et 2017). Je ne soutiendrai pas Philippe Saurel à Montpellier, ce n’est pas un scoop. S’il faut que je prenne, en 2020, la présidence de Montpellier Méditerranée Métropole, pour réparer la Métropole, instaurer une solidarité entre communes, finaliser les conditions de développement économique et urbanistique, je me mets à disposition. À condition, bien sûr, que je sois réélu maire de Lattes, et que le ou la futur(e) maire de Montpellier veuille travailler sereinement avec moi. Il y a beaucoup de métropoles ou d’agglomérations qui ne sont pas présidées par le maire de la ville-centre (c'est le cas de Nîmes, Narbonne ou Béziers en Occitanie, NDLR). Aujourd’hui, la Métropole de Montpellier n’aide plus les communes, ne porte pas de projets collectifs, n’a pas encore le schéma de mobilité (il doit être adopté courant 2019, NDLR), ce qui est une honte, et pas encore de PLUI, n'a pas révisé son Scot. Philippe Saurel gagne du temps politiquement, mais ce n’est pas efficace pour le territoire. » Pourquoi, dès lors, a-t-il soutenu Philippe Saurel en 2014 pour la présidence de la Métropole ? « Avec d'autres élus, on s'est dit : 'Mieux vaut que Saurel prenne la Métropole, cela évitera les guerres entre le président de la Métropole et le maire de Montpellier.' On pensait être tranquilles… » Dernière pique, sur le projet de stade de foot Louis Nicollin, qui doit être présenté en juillet par Philippe Saurel : « Je trouve le terrain envisagé (dans la Zac Cambacérès, à la limite entre Montpellier et Lattes, NDLR) très petit pour un stade 35 000 places et une salle omnisports. Et les sommes annoncées me semblent légères : ce ne sera pas un projet à 150 M€, mais plutôt 270 M€ minimum. »

Idex

« Les Idex (Initiatives d'Excellence), c'est un fiasco en Occitanie, que ce soit pour l'Université de Montpellier ou de Toulouse, même si Montpellier s'est tournée vers l'I-Site, tacle Philippe Saurel, président DVG de Montpellier Métropole, le 31 mai. Pas d'Idex à Toulouse, ni à Montpellier. Le désert occitan ! C'est désespérant. Les étudiants regardent les universités les mieux labellisées pour choisir leur cursus. »

Rapide

Ambiance satisfecit, à Paris, pour Toulouse Métropole. Dominique Faure, vice-présidente en charge du développement économique, a reçu le 31 mai le Prix 2018 des Délais de paiement, à l’occasion d’assises organisées au siège du Medef. Cette distinction vient saluer l’action de la collectivité, qui a fait passer ses délais de paiement aux entreprises de 44 jours en 2014 à 18,7 jours en 2017. « Respecter ces délais, c’est préserver la trésorerie des entreprises, éviter les défaillances et donc protéger l’emploi local », estime Jean-Luc Moudenc, président de la Métropole toulousaine. Le délai moyen de paiement constaté dans les métropoles françaises est de 29 jours, selon Toulouse Métropole.

Stade

« Faire du business dans un stade, c'est bien, ça décomplexe, ça donne de l’énergie, s'enthousiasme André Deljarry, président de la CCI 34, le 30 mai au Stade de la Méditerranée de Béziers, en clôture du salon industriel Intersud, au cours duquel les entretiens B to B se sont déroulés dans les loges du stade, avec vue sur la pelouse et les tribunes. On le fait aussi à Montpellier à l’Altrad Stadium, pour le forum du financement. »

Haute-Garonne

Ciné solidaire

C'est dans un lieu pour le moins insolite que la Mission Mécénat de VNF (Voies Navigables de France) a choisi de sensibiliser le grand public à la sauvegarde du canal du Midi. Les 14 et 15 septembre prochains, à l'occasion des Journées du patrimoine, le site toulousain des cales de radoub accueillera deux projections de cinéma en plein air (en partenariat avec Cinéfol 31 et la Ville de Toulouse), dont l'intégralité des recettes de billetterie sera reversée au profit du projet de replantation d'arbres le long du canal du Midi. Construites en 1850 au 65 allée des Demoiselles, ces cales dédiées à la réparation et à l'aménagement des bateaux navigant sur le canal du Midi sont inscrites sur la liste des monuments historiques depuis 1989.

Alès

La société de BTP Rourissol (Méjannes-les-Alès, 30) avait pour projet de racheter les anciens locaux de l'entreprise de construction Richard Satem (en liquidation judiciaire) à Alès. Mais c'est finalement une autre offre de rachat qui a été choisie, celle du promoteur Foncier Côté Sud, qui devrait y construire des logements sociaux.

Permis

Contrairement à ce qui avait été annoncé à La Lettre M par des sources proches, le permis de construire de la Tour Occitanie n’a toujours pas été finalisé par la Compagnie du Phalsbourg et SNCF Immobilier. Les deux porteurs de projet avaient en effet prévu de déposer leur demande avant la fin du mois de mai. Or, aucune trace de ce dossier ne figure dans les registres du service du cadastre de la Ville de Toulouse à la date du 30 mai. Le bâtiment, conçu par l’architecte Daniel Libeskind et l’agence toulousaine Kardham Cardete et Huet et implanté près de la gare Matabiau, sera la première tour de grande hauteur de Toulouse avec ses 150 m de haut et ses 40 étages. Coût de l’opération : 130 M€.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie