Rémy Burcelin, Aviwell

13/10/2020

L'entreprise ariégeoise Aviwell (trois fondateurs scientifiques et trois salariés) qui a développé une technologie permettant de produire du foie gras d’oie sans gaver les animaux compte élargir son champ d’activité. Une levée de fonds de 3 M€ est en cours, pour développer l’activité sur le marché du poulet et du canard. « Nous avons découvert que la combinaison de ferments bactériens permet de favoriser la croissance animale. De nombreuses applications peuvent découler de cette découverte, explique à la Lettre M Rémy Burcelin, co-fondateur d’Aviwell. Nous envisageons également de nous développer sur les marchés du porc et de l’aquaculture : des marchés qui se comptent en centaines de milliards d’euros au niveau mondial ! ».

Pour ce grand projet, Aviwell prévoit un second tour de table de 5 à 10 M€ qui permettra notamment de recruter. Selon Rémy Burcelin, le recours aux ferments bactériens aurait l'avantage de diminuer l’alimentation animale, et donc de baisser les coût pour les producteurs, sans perdre en productivité. « Nous estimons que les ferments bactériens pourraient permettre d’obtenir un porc de poids équivalent avec une ration alimentaire réduite de 10 à 15 %. Cela signifie 10 à 15 % de cultures de maïs en moins, et autant d’eau et d’intrants économisés » indique le scientifique.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie