la lettre M

Gard
|
Institutions / Justice
| 8/10/2020

Dans le Gard, le nombre d’entreprises en difficulté bondit

Jean-Marie Albouy, président du tribunal de commerce de Nîmes ©DR

Si le crash de nombreuses entreprises, d’abord redouté pour cet automne, n’est pas arrivé, certaines données indiquent qu’il pourrait survenir prochainement. « Chaque mois, nous émettons des listes répertoriant les entreprises du Gard en difficulté, explique Jean-Marie Albouy, président du tribunal de commerce de Nîmes, à La Lettre M. Sur la dernière liste émise par le Tribunal début octobre, figurent 1 559 entreprises contre 203 à la même époque l’année dernière. »

580 entreprises dans le rouge avant la crise
Ce qui alerte encore davantage le président du tribunal de commerce, c’est que sur l’ensemble de ces entreprises, 580 ont déposé leurs comptes annuels fin 2019/début 2020. « Elles étaient déjà dans le rouge avant la crise, mon interprétation est donc que celles-ci sont très susceptibles de venir au tribunal de commerce prochainement pour ouvrir une procédure judiciaire. » Sur ces 580 entreprises en difficulté, 553 le sont en raison de capitaux propres négatifs, et 407 cumulent cela avec une perte sur leur dernier exercice. « Ces chiffres m’inquiètent d’autant plus que, depuis le début de la crise de la Covid-19, le Trésor et la Sécurité sociale n’assignent plus les entreprises leur devant de l’argent. Combien de sociétés seraient en difficulté sans les aides gouvernementales ? » Anticipant les mois à venir, la cellule prévention du tribunal de commerce de Nîmes sera renforcée dans les mois à venir.

Capital de départ en baisse
« Sur la période allant du 1er janvier au 31 août 2020, le nombre de procédures collectives a chuté de plus de 40 % sur un an et le nombre d’immatriculations sur cette même période est en recul de 12 %, un recul en ligne avec la tendance nationale », précise aussi Jean-Marie Albouy. Et de poursuivre : « Si nous prenons la seule période “Covid“, c’est à dire à partir du 1er mai et jusqu’au 31 août, ces immatriculations sont en baisse de 4 % tandis qu’elles grimpent de 20 % au niveau national. » Fait notable, sur la période du 1er mai au 31 août 2020, le capital moyen des entreprises créés est de 26 000 € vs 52 000 € sur la même période en 2019. « Ce sont donc des structures moins solides. »

Stéphanie Roy / roy@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie