Fil infos

Hérault
|
Numérique
| 28/02/2019

Après Dilili à Paris, les projets de Les Fées spéciales

La scop montpelliéraine Les Fées spéciales a conçu la mise en scène et près de 300 personnages du Paris de la Belle époque du film de Michel Ocelot, Dilili à Paris.

La scop (société coopérative et participative) montpelliéraine Les Fées spéciales (sept collaborateurs permanents), spécialisée dans la fabrication de films d'animation avec des logiciels libres, a activement participé à la conception du film de Michel Ocelot, Dilili à Paris, récompensé le 22 février du César du meilleur film d’animation. « Cela a représenté pour nous un budget de 600 k€ », indique Sophie Marron, directrice adjointe, à La Lettre M. La scop Les Fées spéciales s’apprête à livrer en mars au Muséum d'histoire naturelle de Toulouse le pilote d’une série sur les Amérindiens. Également livré en mars, un dessin animé sur le criquet de la Crau, commandé par l’association WWF et le National Geographic, en association avec le Conservatoire d’espaces naturels de la région Sud (ex-Paca). Parmi ses propres projets, la scop sortira en mai le pilote d’un dessin animé accessible aussi bien aux enfants sourds qu’entendants. L’objectif est de développer une méthodologie et une technique (information en image, pictogrammes, langue des signes dans le dessin animé...) accessibles en mode libre afin que d’autres studios s’en saisissent. Ce projet, d'un budget de 250 k€, a reçu l’aide de la Région à hauteur de 70 k€ et de Bpifrance pour près de 20 k€.

« Les enfants sourds apprennent à lire plus tardivement que les enfants entendants, ce qui retarde aussi le visionnage d’un dessin animé en autonomie car les sous-titres ne sont généralement pas adaptés, explique la directrice adjointe. Ce projet a été reconnu comme étant de la R&D sociale par le ministère de la Recherche. » La scop Les Fées spéciales a fait de l'usage des logiciels libres sa spécialité. « Avec le film de Michel Ocelot, nous avons relevé le défi technique qui était de créer des passerelles entre les logiciels libres et les logiciels payants utilisés par les autres intervenants sur la fabrication du film », indique Sophie Marron. Aujourd’hui, la scop Les Fées spéciales dispense des formations sur l’usage des logiciels libres. Elle est installée au sein du pôle Realis à Montpellier, la pépinière d’entreprises de l’ESS.

Nelly Barbé / barbe@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie