Philippe Mille, Artsynergie

11/06/2019

Doté d'une longue expérience en tant directeur de la culture au sein de différentes collectivités territoriales et désormais dirigeant d’Artsynergie, Philippe Mille fait entrer l’art dans l’entreprise, autrement qu’en l’accrochant à ses murs. Il propose l'accueil d'un artiste en résidence, pendant une durée déterminée -minimum 4 semaines, maximum 8 semaine- afin que celui-ci y réalise une œuvre. Des temps formels entre le dirigeant, les salariés et l’artiste doivent favoriser « des changement de posture, exactement comme, en son temps, l’a fait l’entrée du design dans le monde de l’entreprise. » L’enjeu est de transformer et d’accompagner la stratégie de l’entreprise par l’art, poursuit Philippe Mille.

« Une entreprise peut avoir un problème d’image, être mal perçue ou encore être dotée d’un savoir-faire mais avec une incapacité à innover, détaille-t-il. L’art et son principe de création peut aider à y remédier, tout comme il va pouvoir, dans certaines situations, être une porte d’entrée à l’international avec l’accueil d’artistes étrangers. » L’œuvre d’art va se trouver à la jonction entre la problématique de l'artiste et celle de l’entreprise. « L’entreprise est gérée dans une logique rationnelle, or on s’aperçoit de plus en plus, que la jeune génération aspire à de nouvelles valeurs de l’ordre de l’irrationnel auxquelles l’art peut répondre », explique-t-il. C’est ce qu’il appelle « le pas de côté ».

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie