Pascal Delubac, FHP Occitanie

15/10/2020

Sous pression depuis le mois de mars, le secteur de la santé doit évoluer pour faire face aux enjeux sanitaires actuels. Sollicité par La Lettre M, Pascal Delubac, président de la fédération de l’hospitalisation privée Occitanie (138 établissements privés, 22 700 salariés, siège à Montpellier, une antenne à Toulouse) fait le point sur certains d’entre-eux. À commencer par la conception des bâtiments. « La conversion de lits de surveillance continue en lits de réanimation est un point à prendre en considération et à développer. Il faut aussi réfléchir en « mode épidémie » avec une prise en charge adapté des maladies infectieuses. » Au niveau architectural, Pascal Delubac estime qu'« il faut réfléchir à des chambres d’isolement et, plus globalement, dégager des lits de court-séjour pour les basculer vers le SSR (soins de suite et de réadaptation, NDLR). » De la pandémie, le professionnel de santé retient « la nécessité de la modularité dans l’architecture, de la souplesse dans nos organisations de prise en charge au niveau médical et sur toute la chaîne de la maladie. »
Durement touchés par la pandémie de Covid-19, les Ehpad relèvent, selon Pascal Delubac, davantage du sanitaire que du médico-social : « La crise a démontré qu’ils appartiennent plutôt au sanitaire. Aussi, il faut réfléchir à leur médicalisation. De même, les tarifications doivent évoluer. Il faut plus d’infirmières dans les Ehpad et le travail d’aide-soignant doit être renforcé. Mais la difficulté tient aussi au fait qu’en sectorisant les personnes âgées au niveau sanitaire, nous prenons le risque de les déstabiliser sur le plan social. »

 

 

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie