La Lettre M

Métro de Toulouse : enquête publique explosive en vue

Les faits: 

Le torchon brûle entre Jean-Luc Moudenc (UMP) et Claude Ducert (EELV), présidents de Toulouse Métropole et le Sicoval (Labège Innopole). Pour desservir Labège par le métro, chacun des deux élus défend son option. La première, voulue par Ducert et les entreprises du Sicoval, consiste à prolonger la ligne B de Ramonville vers Labège. La seconde, portée par Moudenc, est la construction d’une 3e ligne, entre Labège et Colomiers. 

L'analyse: 

La ligne B, mise en service 2007, s’arrête au sud à Ramonville, à quelques kilomètres de Labège-Innopole, où travaillent à 15 000 personnes. Le prolongement semble donc évident. Ce projet de 362 M€ est pourtant régulièrement repoussé : annoncé pour 2013, puis 2019… L’heure de vérité approche, avec l’enquête publique, du 2 avril au 18 mai. Chacun fourbit ses armes. Moudenc affiche sa « 3ème ligne attitude ». Ducert riposte. « Cette semaine, nous mettons en place un plan de bataille ». Il expliquera la part apportée par les entreprises du Sicoval dans le financement du prolongement, via le versement transport. En cas de blocus sur le prolongement de la ligne B, certaines entreprises « pourraient refuser de payer ce versement », confie-t-il à La Lettre M.

L’avantage de l’option du prolongement de la ligne B ? Un projet financé -141 M€ pour le Sicoval, 141 M€ pour le syndicat mixte des transports en commun, 80 M€ pour le conseil général. Mais la subvention de l’Etat (20,5 M€) sera annulée si les travaux ne sont pas lancés avant 2017. L’argument pour la 3ème ligne : elle relierait trois pôles économiques - Montaudran-Labège au sud, Marengo-Matabiau au centre et Airbus au nord. Mais son coût est astronomique (entre 1,4 et 2,2 Md€) et son horizon lointain (2025 au mieux).

Est-ce l’annonce de la prochaine implantation de CEA Tech à Labège – alors qu’elle était initialement prévue sur le site de Montaudran (Toulouse) - qui a provoqué la remise en cause du prolongement de la ligne B par Moudenc ? En tous les cas, Tisséo, dont la dette s’élève à 1,4 Md€, aura du mal à supporter financièrement et le prolongement de la 2ème ligne, et la construction d’une 3ème.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie