Jean-Rémy Bergounhe, Finadorm

09/10/2019

Trois mois après avoir bouclé le rachat de la société normande Loxos, le groupe industriel aveyronnais Finadorm fait part à La Lettre M de nouveaux investissements. En décembre, elle regroupera les bureaux et le dépôt de la société Biotex dans un bâtiment de 6 000 m2 situé à Bruguières (31), au nord de Toulouse, tandis que la production sera maintenue à Fenouillet (31). Repris à la barre du tribunal de commerce il y a un an, le fabricant de matelas et oreillers d'origine végétale Biotex (20 salariés environ) fait partie du pôle literie de Finadorm, structuré autour de son entreprise historique, Socofal-Technilat (siège à La Primaube - 12). Autre pôle d'activité de Finadorm : l'hôtellerie de plein air, qui regroupe les entreprises Chalets Fabre, Louisiane (mobil-homes) et Lodges CIAT (enseigne ariégeoise fondée par André Trigano dans les années 70, reprise par Finadorm en 2018). Finadorm est également présent dans les secteurs de la construction bois (via son enseigne aveyronnaise Sicob) et de la petite enfance. Un pôle qu'a rejoint cet été le fabricant de meubles de change à destination des crèches, des maternités et des hôpitaux Loxos, aux côtés des entreprises Mathou (leader français du mobilier petite enfance et de l’aménagement de crèches) et Mathou Pitchou (structures d’accueil modulaires à ossature bois et prêtes à vivre pour la petite enfance). « Nous allons lancer en décembre ou janvier la construction d'une nouvelle usine Mathou de 8 000 m2 à Baraqueville, en Aveyron », annonce Jean-Rémy Bergounhe, PDG et fondateur du groupe il y a 35 ans. Finadorm emploie près de 650 salariés en CDI, pour un chiffre d'affaires ayant dépassé les 100 M€ l'an dernier.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie