Hubert de Faletans, Umih 31

08/01/2021

Gérant du restaurant l’Esprit du Sud-Ouest à Blagnac et président de la branche restauration de l’Union des métiers et des industries de l’hôtellerie de la Haute-Garonne (Umih 31), Hubert de Faletans s’inquiète des conséquences de la fermeture des restaurants sur la santé des professionnels. « L’incertitude liée à l’absence de visibilité sur la réouverture de nos établissements et l’impact financier occasionné par leur fermeture pèsent sur le moral des dirigeants d’entreprise. Chez eux le stress est permanent avec un risque élevé de burn-out », explique le représentant du secteur suite à l’annonce (le 7 janvier) par le Premier ministre du report de la date de réouverture des bars et restaurants « a minima jusqu’à mi-février ». Autre sujet de préoccupation, le remboursement des prêts garantis par l’État (PGE). « La plupart des entreprises ne pourront pas honorer ces crédits. Et nous n’avons aucune certitude sur le montant des taux d’intérêt et des frais annexes qui seront appliqués par les banques. L’aide gouvernementale de 10 k€ mise en place depuis novembre nous permet seulement de maintenir le nez hors de l’eau », déplore Hubert de Faletans. Le restaurateur redoute également une vague de faillites sans précédent dans les prochains mois. « Les établissements de toute taille sont menacés », conclut-il.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie