Dominique Valentin, Relais d'entreprises

23/03/2020

La crise sanitaire actuelle impose le travail à distance, « l'occasion de repenser la mobilité et les lieux de travail » remarque Dominique Valentin qui a fondé en 2011 Relais d'entreprises (Rieux-Volvestre, 31, CA : 400 k€). Son objectif : mettre en place des espaces de travail à distance (tiers-lieux, coworking ou bureaux individuels) en milieu ultra-rural et périphéries de métropoles. Ces tiers-lieux sont fermés pour la durée de la crise sanitaire. À l'issue de la période de confinement, l'entrepreneur espère un essort du télétravail, « afin de réduire la mobilité et de s'engager dans un quotidien plus respectueux de l'environnement » insiste l'entrepreneur. Aujourd'hui, Relais d'entreprises compte plus de 100 tiers-lieux en France, dont 55 en Occitanie, ce qui représente environ 3 000 utilisateurs (entrepreneurs et salariés). « Nous avons l'ambition d'acquérir 1 500 espaces d'ici à 2025, généralement des bâtiments réhabilités avec les collectivités afin d'y ouvrir nos tiers-lieux, précise Dominique Valentin. Nous préparons donc une levée de fonds pour la fin de l'année avec KPMG. » Montant de la levée : entre 1 et 1,5 M €.

En attendant, les entreprises françaises doivent réorganiser leur travail à distance. Pour ce faire, « il faut d'abord identifier le pourcentage de travail qu'il est possible d'effectuer à distance ou à domicile et en chômage partiel pour ceux qui sont dans ce cas-là. Le reste est psychologique : se préparer, aménager l'espace, l'habitat, et réduire le plus possible les nuisances, comme si nous étions au bureau. En soit, il faut endosser le costume "d'actif"» conseille Dominique Valentin.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie