Bruno Galan, ordre des pharmaciens d'Occitanie

15/10/2021

En partenariat avec le cabinet PVB Avocats, l'Ordre régional des pharmaciens Occitanie (président : Bruno Galan, photo) organisait un débat sur la valorisation des officines à l'heure du Covid-19. « De plus en plus de pharmaciens proche de l'âge de la retraite veulent vendre », a notamment souligné Bernard Condat, spécialisée dans ce type de transaction. « On note environ 10 % d'offres supplémentaires par rapport à la normale sur le plan national », a renchérit Sébastien Brun, pharmacien élu à l'URPS Occitanie. Alors que les officines se négociaient jusqu'il y a peu à un pourcentage de leur chiffre d'affaires, cette donnée s'étiole peu à peu pour laisser place à un multiple de l'EBE. « Un chiffre entre 4,5 à 6 années d'EBE permet d'avoir une trajectoire de rentabilité », détaille Olivier Mercier directeur général d'Interfimo (groupe LCL), spécialisé dans le financement des professions règlementées. La région Occitanie compte 1972 officines. Elles réalisent chacune en moyenne 1,5 M€ de CA.

En outre, les pharmacies ayant, globalement, réalisés des résultats exceptionnels en 2020 en raison de la crise sanitaire qui leur a apporté davantage de patients, ces résultats sont retraités en éliminant ces facteurs exceptionnels, notamment liés à la vente d'équipements de protection individuelle (masques...) et de réalisation de tests antigéniques.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie