Fil infos

Hérault / Région Occitanie
|
Hôtellerie - Restauration / Tourisme - Loisirs
| 12/03/2021

Pas d'assouplissements avant mai, un été sous contrôle... : les acteurs du tourisme inquiets

Ciel toujours assombri au-dessus de la filière touristique. « Le mois de mai pourrait, sous toute réserve, marquer le début du desserrement progressif des contraintes sanitaires actuelles dans les établissements et l’espace public », annonce Hérault Tourisme, à l'issue d'une réunion le 12 mars avec le préfet du département, les sous-préfets et les acteurs économiques. « L’été ne se passera pas en mode liberté, comme l’an dernier. (...) Des mesures de jauge, de distanciation, et le port des masques resteront de rigueur », affirme l'organisme, avant d'enfoncer le clou : « Un certain nombre de mesures barrières courantes doivent éventuellement être maintenues sur encore de nombreux mois, voire quelques années. » En cause, les variants présentés comme plus ravageurs qui prennent le dessus sur le coronavirus classique ou encore l'énigme de la vaccination et l'éventuel passeport sanitaire permettant de voyager ou dormir à l'hôtel...

« On n'est pas des gendarmes ! »

Impatient de connaître la date de réouverture des restaurants, a priori en mai, et des bars, probablement en juin, Jacques Mestre, président de l'Umih 34, qui a participé à la réunion, assure que « les restaurateurs ne voudront pas d'usines à gaz, comme faire patienter le client dans un sas après avoir effectué un test ». « On n'est pas des gendarmes ! » s'emporte-t-il. Joint par La Lettre M, le patron installé à La Grande-Motte s'attend à ce que les Espagnols soient « très agressifs » pour faire venir les touristes étrangers. Selon lui, la balle est dans le camp du gouvernement, mais aussi des maires : « Un client n'aura pas envie de venir chez nous s'il n'y a pas de vie. Il ne faut pas déprogrammer les feux d'artificice, les évenements culturels... Je compte aussi sur eux pour agrandir lègèrement nos terrasses afin de compenser la perte liée à la distanciation sociale en intérieur. »

« Les niveaux de réservations sont moins pires que l'an dernier »

« On ne voit pas le bout du tunnel et le tunnel, en plus, il zigzague ! Contrairement à l'insouscience de l'été 2020, quand on considérait que les beaux jours étaient synonymes d'une chute des transmissions du virus, cet été, ce ne sera pas la même histoire, car le gouvernement voudra éviter un reconfinement à l'automne. Je crains que la saison estivale 2021 rime avec contraintes et culpabilisation car on aura peur de contaminer les autres », confie à La Lettre M Jean Pinard, directeur du comité régional du tourisme et des loisirs (CRTL).

Les Allemands de retour

Et de rappeler : « Il n'y a pas eu de clusters dans les lieux touristiques. Les professionnels du tourisme ont été très respectueux des règles sanitaires. Malgré tout ça, ils sont pénalisés. » Seule lueur d'espoir : « Les niveaux de réservations, notamment de la clientèle allemande, sont moins pires que l'an dernier », observe-t-il. Et le passeport sanitaire ? « Cela peut changer les choses, à l'image d'Israël où il faut être vacciné pour aller au restaurant. Mais les professionnels ont besoin d'anticiper, de connaître les règles, de savoir comment ça va se passer », demande Jean Pinard.

Aides prolongées

Dans ce contexte d'incertitude, « toutes les aides devraient être prolongées jusqu'au 30 juin, pour éviter de reproduire un décret tous les mois », avance Jacques Mestre. « Mais attention, nous n'aurons pas intérêt à rouvrir uniquement le midi si on ne bénéficie pas du chômage partiel pour l'autre moitié du personnel qui ne travaille pas », souligne le dirigeant, précisant qu'une ouverture le midi exclusivement favorisera les établissements avec terrasse.

Cyril Peter / peter@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie