Fil infos

Gard
|
Education - Formation
| 9/11/2018

La filière aéronautique en opération séduction auprès des scolaires à Nîmes (reportage)

Environ 1 000 collégiens et lycéens de 35 établissements se sont rendus, mardi 6 novembre, au 4e forum des Métiers et formations aéronautiques (organisation : Edeis, exploitant de l’aéroport, et l’Académie de Montpellier), à l’aéroport Nîmes Garons. Objectif pour les 35 exposants (entreprises, Armée, structures de formation…) : expliquer la diversité des métiers. « Il n’y a pas, dans le secteur aéronautique, que des mécaniciens, des pilotes et des hôtesses, explique Lilian Bruguier, directrice de l’aéroport. Il y a aussi des métiers liés à la sûreté, au développement durable, à la gestion d’aéroport, à la plasturgie, à la qualité, aux matériaux composites, à l’électricité… Le lieu du forum, un aéroport, n’est bien sûr pas anodin. » Jean-Paul Senglat, responsable RH d’Airbus Group à Marignane, ajoute à la liste des métiers de la filière : « Maquettiste, peintre, travail sur la structure, ingénierie, expertise, logistique, service après-vente, sécurité et fiabilité des produits… »
Arrivant en bus, les jeunes scolaires ont bénéficié de parcours individualisés, avec différentes étapes rythmant la visite : villages aéronautiques, conférences, ateliers et démonstrations.

Sur le stand d’Airbus Group, Jean-Paul Senglat manipule différents matériaux mis en évidence : câblages, liaisons fibre optique, coupe-câble d’hélicoptère ou encore une fameuse boîte noire (enregistreur de vol, de couleur orange), attirant beaucoup de questions chez les adolescents. « Il y a plusieurs centaines de métiers qui participent à la construction d’un hélicoptère ou d’un avion. Avec tous les niveaux : CAP, Bac Pro, BTS, DUT, licence professionnelle et école d’ingénieur. Il n’y a pas que les grandes écoles. Les formations sont liées à l’aéronautique bien sûr, mais aussi à la métallurgie – nous avons un fort besoin de chaudronniers, car nous travaillons sur des tôles. Il faut aussi attirer les filles. Il n’y en a pas assez dans l’industrie. »

Juste à côté, Le Piston Français Aéro (sites à Sommières et Lunel en région) affiche clairement, sur des feuilles A4, ses besoins en recrutements : qualité, contrôle, production, fraisage, techniciens méthode, contrôleurs et assistants méthode. Ce sous-traitant aéronautique (clients : Airbus, Safran…) fabrique à Lunel (en plus de son site de Sommières) des outils de maintenance. Le site de Lunel, implanté dans la zone de la Petite Camargue, devrait passer de 40 à 70 salariés d’ici à fin 2019, et va s’étendre de 800 m2 pour intégrer de nouvelles machines de fraisage à commande numérique. Cette croissance est liée à l’obtention d’un important contrat en début d’année, précise Iden Revel, responsable des ressources humaines. Une partie des besoins sera pourvue par des alternants.

Lilian Bruguier rappelle que « la filière recrute. Dans la zone de l’aéroport, Sabena Technics (450 salariés, maintenance des appareils de la Sécurité civile et de l’Armée) va par exemple avoir besoin de qualifications nouvelles. Ils cherchent des profils qu’ils ne trouvent pas aujourd’hui sur le marché. Or, un jeune qui suit une formation dans cette filière est sûr de trouver un travail. » Avant d’ajouter : « Il y a d’autres pôles en matière aéronautique que Toulouse en Occitanie ! À Nîmes, la plateforme aéronautique comprend 1 200 employés. »

Parmi les exposants : Sécurité civile, Sabena Technics, Airways Collège, Airbus Group, Esma, Edeis, CFA du Gard, lycée Mistral, Emmanuel d’Alzon…

Hubert Vialatte / vialatte@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie