Fil infos

Gard
|
Tourisme - Loisirs
| 16/09/2015

La CCI de Nîmes présente son projet de « resort touristique dédié aux jeux »

Jeux vidéos en ligne / DR

Le président de la CCI de Nîmes, Henry Douais a présenté, ce matin, une étude de préfaisabilité réalisée par le cabinet Horwath & Co sur le projet « Action 7 », qui vise à construire un « resort touristique dédié aux jeux » à proximité de Nîmes. Le parc, dédié en particulier aux jeux numériques (jeux vidéos et jeux traditionnels), nécessiterait un investissement d’au moins 100 M€ pour attirer une clientèle nationale, de plus de 500 M€ pour viser une clientèle internationale, selon l'étude. Frédéric Pierret, consultant, ex-directeur exécutif de programme et coordination à l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), ex-secrétaire général de la préfecture du Gard et directeur de la société « Tourisme et Stratégie », assistant à maîtrise d’ouvrage pour la CCI, estime l’investissement nécessaire à 180 M€. « C’est une hypothèse, pas une certitude », ajoute-t-il. L’étude envisage une fréquentation de 1,2 millions de visiteurs par an.

Qui paiera ? La question est pour l'instant sans réponse. « On a besoin que le collectivités territoriales nous suivent, après les investisseurs suivront », assure le président de la CCI, Henry Douais. Les collectivités vont être prochainement invitées, explique-t-il, à une présentation du projet, à l’invitation du préfet.

Deux lieux d’implantation potentiels sont avancés par la CCI : à proximité de la future gare TGV de Nîmes-Manduel, qui entrera en service en 2020. Ou sur le parc du bois de Minteau, où le conseil départemental du Gard, qui maîtrise le foncier, envisage depuis plusieurs années de construire un éco-parc. Selon les auteurs de l’étude, Nîmes bénéficierait de tous les atouts pour accueillir le projet de resort touristique : « accessible » par l’autoroute et le TGV, « 6e ville la plus ensoleillée de France », dotée d’un « environnement de qualité » et avec un « schéma de développement urbain porteur ».

Henri Frasque

Un accord pour la sécurité dans les zones d’activités

Le président de la CCI de NîmesHenry Douais, signe ce soir, avec le préfet de Nîmes, Didier Martin, une convention pour améliorer la sécurité dans les zones d’activités. Selon une enquête de la CII, les délits dans les zones d’activités de l’agglomération nîmoise sont en forte progression : + 45 % entre 2011 et 2013. Le montant moyen des préjudice s’élève à 4 870 €. Mais seuls 23 % des délits font l’objet de plaintes de la part des chefs d’entreprise « alors que les rondes des forces de l’ordre sont effectuées à partir des plaintes déposées », note la CCI. 

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie