Fil infos

Région Occitanie
| | 15/11/2017

Bonheur au travail : sept entreprises lauréates des Masters de la Lettre M

La Lettre M décerne, le 15/11 aux Espaces Vanel à Toulouse, ses premiers “masters du bonheur au travail“ en présence de près de 300 décideurs de la région Occitanie. Sur les 20 entreprises régionales en lice, sept sont récompensées pour leur politique favorisant le bien-être de leurs salariés lors de cet événement organisé en partenariat avec la Région Occitanie, la Caisse des Dépôts, Toulouse Métropole, GRDF, Saint-Georges Promotion, la Safer et Corinne Cabanes & Associés. Animée par Alexandre Léoty, journaliste au bureau toulousain de La lettre M, la soirée a été lancée par une conférence du chercheur Olivier Torrès (Observatoire Amarok - Montpellier), sur le thème de « La santé des chefs d’entreprise ».

Le palmarès

Master de l'entreprise libérée : Béatrice Coupier, responsable des ressources humaines de Primum non Nocere (Béziers - 34)

Agence spécialisée en stratégie RSE (responsabilité sociétale des entreprises), RSO (responsabilité sociétale des organisations), et développement durable

25 salariés. CA 2016 : 1,6 M€

Primum non Nocere « base son offre sur les compétences et les envies de ses collaborateurs » avance son fondateur Olivier Toma. Ancien gérant d'hôtels, de cliniques ou d'ONG, il explique avoir « toujours rêvé d'une organisation qui mette les collaborateurs au centre du système, de même que les clients. » L'agence a notamment conçu l'espace Primum®, « un local centre sur le bien-être, un lieu de partage et de convivialité » qui permet de partager des repas et abrite un potager et prochainement... des ruches. Les salariés évoluant au sein de bureaux éco-conçus bénéficient par ailleurs des conseils de naturopathe, d'une réflexologue, d'un ostéopathe et d'un programme d'aide au sevrage tabagique.

Parrain : Philippe Pasula, délégué communication à la direction clients-territoires Sud-Ouest de GRDF

Master du projet immobilier : Pascal Grémiaux, président-fondateur d'Eurécia (Castanet-Tolosan – 31)

Édition de logiciels spécialisés dans le management et la gestion des ressources humaines

40 salariés. CA 2016 : 2,9 M€

En août dernier, l'entreprise a reçu le label “Great place to work“. D'abord pour ses locaux aménagés depuis 2015 dans une grange rénovée à proximité de Toulouse. Mais aussi pour les différents services qui y sont déployés à destination de ses salariés : salle de restauration, terrasse extérieure aménagée avec des tables colorées, salle de repos et autre baby-foot. Les salariés d'Eurécia bénéficient également d'une séance de massage tous les quinze jours et une start-up partenaire leur offre huit kilos de fruits frais chaque mardi. Côté organisation, le télétravail est de mise et « lorsqu'il s'agit de prendre des congés, le mot d'ordre est déconnexion, même pour le patron. » Créée en 2006, Eurécia revendique aujourd'hui 80.000 clients-utilisateurs répartis au sein de 800 entreprises basées dans 43 pays.

Parrain : Jean-Baptise Chiappe, directeur général délégué de Saint-Georges Promotion (Toulouse)

Master des services aux salariés : Magali Bonnafous, office manager de Zendesk (Montpellier – 34)

Édition de logiciels de relation clients

49 salariés. CA 2016 : 5,5 M€

Chez Zendesk, une équipe est spécialement dédiée au bien-être au travail, le Workplace Expérience. Objectif, oeuvrer au quotidien « pour offrir une meilleure expérience de son lieu de travail et pour l'épanouissement des salariés ». L'entreprise a déménagé il y a moins d'un an dans de nouveaux bureaux où ont été aménagés plusieurs espaces de travail et de vie : ciuisine, terrasses, salles de jeux. Le Workplace Experience propose également des happy hours, des soirées et des sessions sportives. Et les salariés peuvent organiser leurs propres évènements via le Culture Club. En dehors de leur travail, ces derniers sont encoragés à s'investir dans des organisations caritatives. Zendesk a par ailleurs mis en place une mutuelle pris en charge à 100 %, et un congé paternité de 16 semaines.

Parrain : Olivier Livrozet, Anne-Laure David, directeur territorial de la Caisse des dépôts

Master de l'environnement : Marion Banuls-Oillo, responsable marketing et relation clientde PrintOclock (Toulouse - 31)

Services d'impression en ligne

50 salariés. CA 2016 : 9 M€

Créée en 2008, la société toulousaine a mis en place « différentes mesures destinées à limiter l'impact de (son) activité sur l'environnement ». ce qui lui a permis d'obtenir le label Imprim'Vert. « Si l'environnement est important pour nous, il était aussi fondamental que notre environnement de travail nous apporte bien-être et épanouissement », précise PrintOclock. C'est pour cette raison que la société a fait le choix de s'installer dans une maison dotée d'un jardin, à l'écart du centre-ville. Une localisation qui a autorisé la création d'un potager géré par les salariés du groupe et l'installation d'une ruche. Enfin, PrintOclock a mis en place « des politiques de gestion des déchets à tous les niveaux du groupe ».

Parrain : Michel Baylac, vice-président de la Safer Occitanie

Master du chief happiness officer (responsable du bonheur en entreprise) : Julie Artis, responsable marketing et communication et chief happiness officer de Synox (Montpellier – 34)

Services d'accompagnement à la transformation numérique

15 salariés.CA 2016 : 1,25 M€

« Comme on ne peut pas donner ce qu'on n'a pas, il paraissait impératif pour Synox de s'intéresser d'abord au bonheur de ses salariés », explique Julie Artis, responsable marketing et communication, par ailleurs Chief Happiness Officer (responsable du bonheur au travail) de Synox depuis début 2017. Six priorités ont été dégagées dans le cadre d'une stratégie baptisée Happiness 360° by Synox : trouver du sens à son travail ; partager des valeurs communes ; permettre le développement personnel des salariés ; favoriser le dynamisme, l'énergie positive et la bienveillance des équipes ; favoriser un environnement de travail propice à la concentration et mesurer le taux de bonheur de chacun.

Parrain : Corinne Cabanes, fondatrice du cabinet Corinne Cabanes & Associés (Blagnac)

Master de la start-up : Alexis Zarour, reponsable marketing d'Inbenta (Toulouse – 31)

Développement de solutions logicielles d'intelligence artificielle et de traitement automatique du langage

20 salariés. CA 2016 : 1,1 M€

Inbenta a fait du bien-être au travail de ses salariés une philosophie. Depuis trois ans, les salariés de la société toulousaine, filiale française d'un groupe barcelonais créé en 2005, sont suivis par une coach spécialisée « en développement de la performance et de la joie au travail ». « Chaque année, elle réalise un entretien avec chaque salarié afin d'identifier les points d'amélioration concernant le bien-être au travail, explique Manon Quintana, responsable RH de l'entreprise. S'en suit un séminaire de trois jours dans un lieu neutre, pour travailler tous ensemble sur notre conception du bien-être au travail tout en restant performants ». Au chapitre des innovations qui ont émergé au cours de ces séances collectives, la création d'un pôle innovation intégrant l'ensemble des salariés, chargés de faire émerger des idées ou l'opération “Skip it day“ qui permet aux salariés de travailler durant une journée sur un projet de leur choix. Avec une seule règle, « pas de règles !».

Parrain : Nicole Miquel -Belaud, conseillère métropolitaine déléguée à l'ESS ( économie sociale et solidaire) de Toulouse Métropole

Master de la grande entreprise : Benjamin Pupier, responsable départements finances, et Gérard Routaboul, responsable de la stratégie ressources humaines (HRBP) de l'usine Bosch de Rodez (12)

Fabrication d'injecteurs, de bougies de préchauffage et de buses d'injection pour l'industrie automobile

1.700 salariés. CA 2016 : 280 M€

Depuis 2011, le site industriel Bosch de Rodez déploie un concept d'entreprises « responsabilisante » baptisé “We lead Bosch ». Au programme, explique Benoit Courtin, directeur des ressources humaines du site : « Programmes de co-développement, ; formations spécifiques, ateliers du management, évolution du modèle de leadership, mise en place de coaching individuel et d'équipes, communautés de pratiques sur l'ensemble des fonctions, réseau social interne, démarches d'amélioration continue avec forte autonomie », mais aussi « refondation des réunions de management pour réunir tous les leaders au delà des statuts » et « refondation complète de l'élaboration de la stratégie du site et des départements en co-construction avec tous les managers ». Labellisée « Vitrine de l'industrie du futur », l'usine Bosch est le premier employeur privé de l'Aveyron.

Parrain : Thierry Cotelle, conseiller régional d'Occitanie

La Lettre M remercie les 13 autres entreprises nominées dont la candidature fut de qualité : A+ (agence d'architecture - Montpellier – 34), Altedia (cabinet de consultants - Paris, bureau à Toulouse), At Home (accélérateur de start-up - Toulouse – 31), Avizzeo (société de services informatiques – Montpellier – 34), Berger-Levrault (édition de logiciels et de contenus réglementaires – Boulogne-Billancourt – 92 - site à Labège – 31), Ekito (accélérateur d'entreprises innovantes – Toulouse – 31), JVWEB (agence d'e-marketing – Montpellier – 34), FTFM (fabrication de fermetures de bâtiments – Escalquens – 31), Mapaero (production de peintures à l'eau pour l'aéronautique – Pamiers – 9), MGEN (mutuelle générale de l'éducation nationale – Paris – centre de gestion à Montpellier – 34), Morning (banque en ligne – Saint-Elix-le-Château – 31), Naïo Technologies (conception et fabrication de robots pour l'agriculture – Escalquens – 31) et Web-atrio (services en ingénierie informatique – Paris, bureau à Toulouse – 31).

David Danielzik /danielzik@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie