Michel Vernet, Sojalim

11/04/2019

Mise en activité en 2017 à Vic-en-Bigorre (65), l’usine Sojalim veut augmenter sa production de soja bio. « Nous avons trituré 20 000 tonnes de soja l’an dernier, dont 7 500 en bio, rappelle Michel Vernet, président de Sojalim. L’objectif est de triturer 12 000 tonnes de soja bio et autant de conventionnel cette année. » D’une capacité maximale de 25 000 tonnes par an, l’usine a été construite pour pouvoir accueillir un second cuiseur afin d’augmenter sa production. L’investissement n’est cependant pas programmé à ce jour. Sojalim s’inscrit pourtant dans le cadre de la charte Soja de France mise en place par l’interprofession. Son but : passer de 450 000 à 650 000 tonnes de soja non OGM et bio-sourcé produits en France d’ici 2025. « Cela représente 230 000 ha supplémentaires, dont la moitié dans le Sud-Ouest », estime Michel Vernet. De quoi s’affranchir d’une partie des tonnages de soja importés d’Inde, de Chine et du Brésil.

Détenue à 55 % par Sanders Euralis et à 45 % par Sofiprotéol, l'usine Sojalim a mobilisé un investissement de 3,6 M€, dont 750 k€ financés par la Région et le fonds européen Feader.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie