La Lettre M

La Région est-elle dispendieuse ?

Les faits: 

Les conseillers régionaux de l'UEDC (Union des élus de la droite et du centre) jugent « dispendieuse » la gestion de la socialiste Carole Delga, présidente de la Région Occitanie.

L'analyse: 

Troisième groupe politique avec 26 élus, l'Union des élus de la droite et du centre (LR, UDI, MoDem et sans étiquette) dénonce le coût de la fusion des deux anciennes Régions. « Les coûts de fonctionnement augmentent (+ 21,7 %) au détriment de l'investissement (+ 4,5 %) », critiquent, le 31 mai, des membres de ce groupe. Selon la conseillère régionale Elisabeth Pouchelon (Haute-Garonne, sans étiquette, ex-LR), l'organisation des assemblées plénières au parc des expositions de Montpellier devrait coûter 3 M€ sur la durée du mandat. « Carole Delga dit que les plénières ne pouvaient pas être organisées dans les hôtels de Région actuels car cela nécessite 8 et 10 M€ de travaux. Mais elle ne nous a jamais communiqué les devis », s'agace l'élue. Selon l'opposition, des aménagements, estimés entre 120 k€ et 800 k€, permettraient d'agrandir l'hémicycle toulousain et d'y rapatrier les quatre plénières annuelles. « L'heure n'est pas à construire un nouvel hémicycle pour 158 élus, et ce, d'autant que le président de la République s'interroge sur la baisse du nombre d’élus locaux !, riposte Carole Delga à La Lettre M. J'ai d'autres priorités. C'est une polémique stérile qui montre que l'opposition n'a pas de vision régionale. »
Autres critiques : la multiplication des locations (4,3 M€ au total pendant le mandat) et des acquisitions (2,9 M€ à Perpignan et 1,5 M€ à Montauban) pour les Maisons de la Région, ou encore la hausse des effectifs régionaux, passés de 6 845 à 7 153 entre 2017 et 2018. Une hausse de 305 emplois justifiée, dans nos colonnes le 10 avril, par le cabinet de Carole Delga par les transferts de compétences (168 postes), l'ouverture de nouveaux lycées et la reprise de régie de restauration scolaire (36 postes), la compensation de la fin des emplois aidés (18 postes), l'internalisation des missions des Maisons communes emploi formation (47 postes) et l'accompagnement des politiques régionales. D'après la Région, la fusion permet aussi de générer des économies : 2,7 M€ par an sur les assurances des lycées et 3 M€ par an sur la maintenance des TER. Agnès Verdier-Molinié, directrice du think tank libéral Ifrap - que l'on ne peut pas soupçonner de complicité avec le PS -, déclarait, le 4 avril à Montpellier : « La Région Occitanie est plutôt bien gérée. »

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie