Emmanuelle Gazel, Région Occitanie

04/12/2018

En Occitanie, 25 des 103 CFA sont déficitaires, et 22 d’entre eux ont plus de la moitié de leurs sections à faible effectif (en-dessous de 12 apprentis), indique Emmanuelle Gazel, vice-présidente PS de la Région Occitanie en charge de l’apprentissage et de la formation professionnelle. Le fonds de péréquation national (250 M€) qui sera mis en place dans le cadre de la réforme de l'apprentissage lui inspire « de l’inquiétude, car nous ne connaissons pas encore le coût au contrat. Si ce coût est généreux, les CFA pourront équilibrer les sections, sinon, la Région interviendra dans les cas les plus critiques. Ce fonds doit apporter environ 25 M€. Il en faudrait le double ». Autre inquiétude : les critères pour évaluer le coût au contrat. « Quid des actions de promotion de l’apprentissage, comme les Olympiades des métiers ou le réseau de développeurs de l’apprentissage ? » Enfin, l'élue questionne la rentrée 2019 des CFA. « Les employeurs vont devoir changer de statut en milieu de contrat. Pour les jeunes aussi, c'est compliqué. On ne pourra plus maintenir certains dispositifs d'aides (logement, transports, restauration, aides à la culture et à l'accès au sport, premiers équipements......), qui peuvent aller jusqu'à 1 400 sur l'année. Qui les accompagnera demain ? » L’Occitanie compte 37 000 apprentis, un chiffre en progression d’environ 7 % par rapport à 2017, d'après l'élue. La collectivité présidée par Carole Delga prévoit d’investir environ 24 M€ (débat budgétaire le 20 décembre) dans l’apprentissage en 2019, notamment pour le soutien à deux projets de nouveaux campus, portés dans les deux métropoles du territoire par Toulouse Business School et Montpellier Business School.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie