Hebdo du mardi

Décideurs

Marc Bessoles, Eurobiomed

05/10/2020

Il est nommé directeur délégué en Occitanie du pôle de compétitivité santé Eurobiomed (président : Michaël Danon, 380 adhérents, rayonnement : Sud Paca et Occitanie). Il s'agit d'une création de poste destinée à renforcer la présence du pôle dans cette région. Marc Bessoles, 40 ans, est directement rattaché à Émilie Royère, directrice générale d'Eurobiomed. Depuis 2014, il occupait le poste de business developement et corporate finance manager au sein de la société d'accélération du transfert de technologies (Satt) AxLR de 2014 à 2020. Il a également évolué dans l'industrie pharmaceutique, au sein du laboratoire Bausch et Lomb Valeant Pharmaceticals (Montpellier).

Il a aussi fondé et dirigé la start-up Biowintech (Paris), spécialisée dans les dispositifs médicaux implantables, de 2013 à 2018. « Marc accompagne la direction générale dans la mise en œuvre de la stratégie du pôle et son déploiement, assure la représentation du pôle en Occitanie et assure avec l’équipe du pôle une présence renforcée auprès des adhérents et des partenaires d’Eurobiomed, précise le pôle dans un communiqué. Marc partagera son temps entre Montpellier et Toulouse. »

 

Amaury de Faletans, Solaal Occitanie

13/10/2020

Céréalier à Cornebarrieu, en Haute-Garonne, il est le président de la nouvelle association Solaal Occitanie, émanation de l’association nationale de don de produits agricoles Solaal, née en 2013 à l’initiative de l’ancien président de la FNSEA Jean-Michel Lemétayer. Hébergée au Min de Toulouse, Solaal Occitanie fait le lien entre les agriculteurs en possession de produits frais invendus et les associations solidaires de don alimentaire (Banque alimentaire…). Le ministère de la Santé, qui a financé en partie le lancement de l’association, attend en contrepartie une augmentation des dons. L’objectif est de récolter 1 270 tonnes de produits frais (pommes en majorité) auprès des producteurs régionaux, contre 1 200 t en 2019.

Julien Roset, UCC Grand Sud

13/10/2020

Agences de communication et annonceurs unissent leurs voix pour s'adresser au gouvernement dans une tribune. Signé notamment par l’Union des conseils en communication du Grand Sud (UCC, 70 agences, Occitanie et Sud-Paca), ce document fait part de leur inquiétude face à deux projets de loi visant à restreindre les publicités qui encourageraient la surconsommation ou faisant la promotion de produits polluants, tels que les véhicules SUV par exemple. « Le problème, ce n’est pas la transition écologique mais l’empressement (du gouvernement, NDLR) à rendre ce sujet médiatique, comme pour se dédouaner, estime Julien Roset, dirigeant de l’agence Just Happiness (16 salariés, Grabels) et président de l’UCC Grand Sud. Et de souligner le paradoxe de ces mesures : « On ne peut pas interdire les publicités pour les vols longs courriers et accorder un PGE de 7 Md€ à Air France pour l’accompagner dans sa transition. Il faut laisser le temps aux constructeurs de faire évoluer leur production. D'autant plus dans ce contexte où l'économie est affaiblie. »

Julien Roset évoque par ailleurs l’impact économique pour les médias : « Si elles ne peuvent plus diffuser leurs publicités sur les chaînes TV, les marques se tourneront vers les Gafa au détriment des média français. De plus, nous ne pourrons plus maîtriser cette publicité. » Ainsi, le président de l’UCC Grand Sud, prône une concertation avec les professionnels du secteur (agences et annonceurs) et une évolution progressive de la publicité. « C’est le propre d’une transition. » Et d’ajouter : « La publicité est en train de s’orienter vers des voitures plus responsables. Tout interdire d’un coup n’est pas souhaitable. La publicité sert à influer sur les comportements, il faut l’utiliser pour faire passer des messages : plus de bio, de local… »

 

Anne-Lucie Wack, L’institut Agro

13/10/2020

Elle est l'une des deux candidates à la direction générale de L’institut Agro, né de la fusion des écoles nationales supérieures agronomiques Montpellier SupAgro et AgroCampus Ouest. Le 15 octobre, le conseil d’administration de L’institut Agro (président : Dominique Chargé) rendra son avis puiq une nomination par décret est escomptée début novembre. Anne-Lucie Wack est la directrice générale de Montpellier SupAgro depuis 2013 et, depuis la fusion le 1er janvier 2020, administratrice provisoire de L’institut Agro. Elle est également présidente de la Conférence des grandes écoles. En 2021, Agrosup Dijon rejoindra L’institut Agro pour y être complètement intégré en 2022. Après la nomination de la directrice générale, trois directeurs d’école internes seront également désignés. L’institut Agro compte 3 750 étudiants, 210 enseignants-chercheurs, cinq campus et 36 unités de recherche. La deuxième candidate est Valérie Baduel.

Nicolas Reymond, Intrasense

13/10/2020

Nicolas Reymond, PDG d'Intrasense, société montpelliéraine spécialisée dans l’imagerie médicale (45 salariés, CA : 3,3 M€, cotée sur Euronext) fait le point sur ses projets à La Lettre M. Dans sa ligne de mire : le renforcement des équipes commerciales, des recrutements en R&D et une possible opération de croissance externe. « Nous voulons ajouter des ressources terrain en Chine et en Europe. » Le dirigeant indique que l’activité de l’entreprise connaît une belle croissance en Europe de l’Est, « jusqu’en Russie ».
Nicolas Reymond prévoit aussi cinq à six embauches en R&D courant 2021, afin d'accélérer l’intégration de technologies telles que l’intelligence artificielle. Il envisage par ailleurs des opérations de croissance externe pour « “sourcer“ de la technologie et avoir des synergies intéressantes. »

Michaël Delafosse, Serm, SA3M et CHU

08/10/2020

Le maire et président PS de la Métropole de Montpellier est élu à l’unanimité, président de la Serm (société d’équipement de la région montpelliéraine). Il succède à Max Lévita qui occupait cette fonction depuis juin 2008. Le CA de la Serm a atteint 54,6 M€ en 2019. Le 9 octobre, se tient le conseil d’administration de la SA3M pour l’élection du président. Michaël Delafosse a déjà fait part de sa volonté de succéder à Philippe Saurel (ex-maire et président de la métropole de Montpellier). Le conseil d’administration de SA3M est tenu de procéder malgré tout à l’élection.
Par ailleurs, Michaël Delafosse a été élu, le 6 octobre, président du conseil de surveillance du CHU de Montpellier. Il succède à Philippe Saurel. Christian Assaf, conseiller régional Occitanie, est désigné vice-président.

Guillaume Valladeau, VorteX.io ​

08/10/2020

Il est, aux côtés de son associé Jean-Christophe Poisson, lauréat du Prix Galaxie 2020, remis le 5 octobre à Toulouse par le Club Galaxie. Guillaume Valladeau est le président de la société VorteX.io (siège à Ramonville-Saint-Agne), qui développe un service de prévention en temps réel des populations, dans le cadre du risque inondation/sécheresse, basé sur une nouvelle génération de solutions de télédétection intelligentes. « Nous avons développé cette technologie lorsque nous travaillions au sein de la société CLS (fournisseur de services satellitaires, 800 salariés, CA 2019 : 130 M€, NDLR), explique-t-il à La Lettre M. Après un an de R&D, nous avons lancé VorteX.io en avril 2019. Nous sommes partis d’un constat : aujourd’hui, il existe en France 3 000 points de mesure des crues. Pour couvrir totalement le besoin, il en faudrait 13 000. Nous souhaitons dans un premier temps doubler le réseau actuel sous trois ans. Notre solution, héritée de notre savoir-faire spatial, est complète, de l’installation des capteurs au traitement des données, en passant par la maintenance. Avec un coût d’exploitation sept à huit fois inférieur à celui d’un point de mesure classique. »

Jean-Claude Dardelet, Agence d’attractivité Toulouse Métropole

06/10/2020

Selon le premier bilan 2020 dévoilé par l’agence d’attractivité de Toulouse Métropole dont il est le PDG, la fréquentation touristique de la capitale régionale affiche un repli de l’ordre de 30 %. « Si tous les indicateurs enregistrent effectivement des baisses notables à Toulouse, ils restent meilleurs que ceux attendus. Les premières estimations d’avant-saison faisaient en effet craindre une récession de plus de 50% », indique Jean-Claude Dardelet. La fréquentation dans les hébergements hôteliers accuse une baisse moyenne de 34 % alors que 28 % des établissements toulousains n’ont pas ouverts leurs portes durant la saison estivale pour cause de crise sanitaire. La baisse d'activité est plus marquée du côté des locations saisonnières (- 41 % de nuitées). Elle atteint 30 % pour les musées et les sites touristiques. La clientèle française a par ailleurs représenté 85 % des visiteurs de la Ville rose cet été, contre 48 % l’an dernier.

Laurent Da Dalto, Mimbus

13/10/2020

La société Mimbus (20 salariés, siège à Saint-Jean), spécialisée dans les simulateurs de formation aux gestes professionnels, planche sur un casque de réalité virtuelle, le HP Reverb Omnicept, qui doit permettre d’évaluer la charge cognitive, le niveau de stress et l’état émotionnel de la personne qui le porte, dans le cadre d’une « expérience immersive ». « HP a choisi quatre entreprises pour l’accompagner dans ce projet : trois sont américaines et la quatrième, c’est nous ! sourit Laurent Da Dalto, président. Nous travaillons plus particulièrement sur la question de l’apprentissage professionnel. » Le casque devrait être commercialisé au printemps 2021. Mimbus, qui a enregistré 1,3 M€ de CA l’an dernier, table sur 2 M€ cette année.

Paul-Henri Belin, Belin Promotion

08/10/2020

Directeur général du groupe de promotion toulousain depuis 2016, il succède à son père, Marc Belin, à la présidence de l’entreprise. « Notre ambition pour les cinq prochaines années sera de poursuivre l’amélioration de la qualité de nos projets et leur impact environnemental tout en continuant à développer nos agences en harmonisant la production dans le grand Sud-Ouest », indique Paul-Henri Belin. Le promoteur commercialise actuellement onze programmes immobiliers et dix autres sont en cours de construction. Créé à Toulouse en 1964, Belin Promotion (49 salariés) est également implanté à Bordeaux, Biarritz et Montpellier. En 2019, son chiffre d’affaires s’est élevé à 54 M€.

Henri Nayrou, aérodrome Pamiers-Les Pujols

05/10/2020

Henri Nayrou est réélu à la présidence du syndicat mixte de l’aérodrome de Pamiers-Les Pujols. Inaugurée en 1976, l’infrastructure de transport est gérée depuis 2016 par le Département de l’Ariège. L’aéroport est un « équipement indispensable à l’activité, et donc au maintien, du régiment de chasseurs parachutistes de Pamiers et sert également de base arrière à l’hélicoptère de la gendarmerie ainsi qu’à des activités sportives et de loisirs », précise la collectivité. Henri Nayrou (76 ans) est conseiller départemental de l'Ariège. Il a présidé le Département de novembre 2014 à décembre 2019.

Rémy Burcelin, Aviwell

13/10/2020

L'entreprise ariégeoise Aviwell (trois fondateurs scientifiques et trois salariés) qui a développé une technologie permettant de produire du foie gras d’oie sans gaver les animaux compte élargir son champ d’activité. Une levée de fonds de 3 M€ est en cours, pour développer l’activité sur le marché du poulet et du canard. « Nous avons découvert que la combinaison de ferments bactériens permet de favoriser la croissance animale. De nombreuses applications peuvent découler de cette découverte, explique à la Lettre M Rémy Burcelin, co-fondateur d’Aviwell. Nous envisageons également de nous développer sur les marchés du porc et de l’aquaculture : des marchés qui se comptent en centaines de milliards d’euros au niveau mondial ! ».

Pour ce grand projet, Aviwell prévoit un second tour de table de 5 à 10 M€ qui permettra notamment de recruter. Selon Rémy Burcelin, le recours aux ferments bactériens aurait l'avantage de diminuer l’alimentation animale, et donc de baisser les coût pour les producteurs, sans perdre en productivité. « Nous estimons que les ferments bactériens pourraient permettre d’obtenir un porc de poids équivalent avec une ration alimentaire réduite de 10 à 15 %. Cela signifie 10 à 15 % de cultures de maïs en moins, et autant d’eau et d’intrants économisés » indique le scientifique.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie