Hebdo du mardi

En coulisse

Haute-Garonne
|
Tourisme - Loisirs

Casino Barrière : 34,1 M€ de pertes

Selon un document que La Lettre M a pu se procurer, le Casino Barrière de Toulouse est en difficulté financière depuis sa création. En huit ans, l’entreprise a cumulé près de 34,1 M€ de pertes (dont - 930 K€ sur l’exercice fiscal de 2013, et – 2,9 M€ en 2012). Les fonds propres ont dès lors été largement entamés, puisque le bilan les fait apparaître en négatif à hauteur de - 3,5 M€. D’autre part, les dettes atteignent 51 M€, en partie liées à l’emprunt qui a été contracté au départ pour construire le bâtiment. Celui-ci apparaît à l’actif évalué à 41 M€, amortissements déduits. La société, filiale du groupe Barrière, gère le casino toulousain dans le cadre d’une délégation de service public concessive, et estime qu’elle n’a pu mener à bien sa mission. En cause notamment : le « poids du cahier des charges de la Ville » et « l’impact négatif des travaux du tramway ».

Aude / Haute-Garonne / Midi-Pyrénées
|
Institutions

Syndicat

Une «association du dialogue métropolitain de Toulouse», regroupant 11 intercommunalités de MP et celle de Carcassonne, et comptant 1,8 million d’habitants, a été créée en avril 2013. Mais n’empêche pas les bisbilles. Faut-il passer d’association en syndicat ? « C’est toute la question, confie Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, à La Lettre M. Nous prendrons une décision dans le courant du deuxième trimestre. Nous avons défini trois thèmes transversaux qui transcendent le territoire et sont d’un intérêt commun : tourisme, attractivité internationale et enseignement supérieur ».

« Je ne conçois pas que la future Région unifiée fasse un schéma à part de ceux des deux métropoles. A Toulouse, en ayant notre schéma de développement économique six mois avant l’élection régionale, nous aurons anticipé. »

Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon
|
Finances

Capital-risque

Les sociétés de capital-risque régionales Irdi (Institut régional de développement industriel) de Midi-Pyrénées et Soridec, en Languedoc-Roussillon, vont-elles suivre le mouvement des conseils régionaux et fusionner ? « Pas nécessairement », estime un proche du dossier. « D’une part les conseils régionaux de Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ne détiennent respectivement que 20 % et 24 % du capital de ces sociétés. Et d’autre part, elles interviennent dans des domaines différents, avec des moyens différents. » L’Irdi investit 100 M€ par an dans les entreprises qu’elle choisit de soutenir, contre 30 M€ pour son homologue montpelliérain. Reste à connaître l’avis du futur président de la nouvelle grande région, qui sera présente au capital des deux sociétés.

Le premier actionnaire de Soridec est la Caisse d’épargne du Languedoc-Roussillon (43 %), suivie par la Région, puis Bpifrance (17 %). Plus dilué, l’actionnariat de l’Irdi accueille Bpifrance (20 %), la Caisse d’épargne MP (14 %), les Banques populaires (8 %)... et la Région Aquitaine, à hauteur de 5 %.  

Haute-Garonne
|
Aménagement - Urbanisme

Lotissements

« Le marché des terrains à bâtir est le plus affecté par la conjoncture actuelle. Dans l’aire urbaine de Toulouse, plusieurs projets de lotissement sont suspendus faute de perspectives en terme de commercialisation, explique Philippe Pailhes, responsable immobilier de la Chambre interdépartementale des Notaires. La surface des lots ne cesse de baisser pour s’établir à moins de 500 m². Les grands terrains sont désormais un handicap. » Michel Lamour, président du SNAL MP, verse volontiers dans l’autocritique : « Peut-être doit-on aller moins loin, et mieux maîtriser nos prix. »

Hautes-Pyrénées
|
Institutions

Feu éco

« La loi NOTRe a sauvé la plupart des compétences du conseil général, mais ne nous a pas laissé la possibilité de continuer à accompagner les entreprises, regrette Michel Pélieu, président du CG des Hautes-Pyrénées, à l’inauguration du salon DeciElec (18-19 mars, Tarbes). C’est dommage, car c’est ce que nous faisons jusqu’à présent », à travers, notamment, le CDDE (comité départemental de développement économique).

Midi-Pyrénées / Languedoc-Roussillon
|
Institutions

DCF : pas de fusion

Selon la présidente des DCF du Languedoc-Roussillon, Françoise Bergnes (responsable du secteur du particulier pour AG2R-La Mondiale), l’association régionale devrait conserver son axe territorial en LR dans le cadre de la future grande région. « En LR, c’est déjà compliqué de suivre les cinq associations territoriales Nîmes, Alès, Perpignan, Montpellier et Béziers » indique-t-elle, regrettant l’absence d’association dans l’Aude. En Midi-Pyrénées, les DCF ont une représentation régionale et trois représentations départementales : DCF Aveyron, DCF Tarn, et DCF Toulouse.

Gard
|
Tourisme - Loisirs

Attentats

Paolo Toesci, directeur de l’établissement public qui gère le site du Pont du Gard, premier site touristique du Languedoc-Roussillon, « reste vigilant » sur les répercussions éventuelles des attentats de janvier sur la prochaine saison touristique. Plusieurs agences touristiques internationales avec lesquelles il est en contact ont déjà enregistré des annulations.

Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie