Fil infos

Hérault
|
Aménagement - Urbanisme
| 1/10/2018

La métropole de Montpellier défend un urbanisme durable et connecté

Rendez-vous des professionnels de l’urbanisme sur les grands projets des territoires méditerranéens, la 3e édition du forum des projets urbains se tient à Montpellier ce 28 septembre. L’occasion pour Philippe Saurel, maire DVG de Montpellier et président de la métropole (450 000 habitants, 72 000 étudiants), d’expliquer la construction territoriale de la métropole et des défis à relever pour développer une urbanité durable et connectée prenant en compte les dimensions sociale, démographique (+ 1,85 % sur la métropole), de mobilité, économique et écologique.

« Les menaces qui pèsent sur la métropole sont l’évolution du climat, la démographie, une offre de logement pas toujours adaptée et une mobilité compliquée. 50% des habitants ont un accès au tram à moins de 500 m de chez eux, 10 % l’utilise. Par ailleurs Montpellier concentre 71 % des emplois et 61 % de la population », explique François Leclercq, architecte-urbaniste, qui a travaillé sur la révision du Scot de la Métropole. Ce document consacre deux tiers du foncier aux espaces naturels et agricoles. Le futur quartier Cambacérès (aménageur SA3M, 350 ha), connecté à la nouvelle gare Montpellier Sud de France, illustre, avec le réaménagement de l'avenue Georges Frêche (Lattes et Pérols), les ambitions de la métropole de s’étendre vers le littoral.

Cambacérès : la nouvelle entrée de Montpellier

« Cambacérès sera le quartier des jeunes et du XXIe siècle. Il constituera une nouvelle entrée pour la ville de Montpellier près de la nouvelle gare Sud de France, l’A9, l’A709,…, indique Christophe Pérez, DG de Serm/SA3MCe programme est ouvert sur le numérique et les start-up, avec une halle de 12 000 m2 pour laquelle nous en sommes déjà au permis de construire (mise en service en 2020 NDLR), une école du numérique dont le permis va être déposé prochainement, le futur campus de Montpellier Business School..Il y aura aussi 2 000 logements, dont 30 % sociaux et 20 % abordables. Ainsi que le futur stade Louis Nicollin (à l'horizon 2022), et le tram à partir de 2021, quand les premières constructions débuteront. » « Sont prévus 35 000 m2 de bureaux, doublant la production annuelle de bureaux », souligne-t-il, convaincu que « quand on a l’offre tertiaire, on a la demande. Avec ce type de quartier, on contribue à la création d’emplois ». Ce quartier abritera un parc végétal de 30 ha, qui servira de zone de rétention hydraulique et de lieu d’activité sportives et de bien-être, tout en assurant une liaison entre le futur quartier et le patrimoine comme le Mas des Brousses et le Château de la Mogère. « Les premiers bâtiments de ce quartier sortiront en 2020. C’est un temps court à l’échelle de l’aménagement d’une ville », complète-t-il. Un aménagement court, certes, mais qui avait été anticipé dans les années 80 par Georges Frêche, alors maire. « Il a fait abandonner un projet de golf et un hippodrome, afin de préserver la réserve foncière en vue de la création d’une nouvelle gare et désormais de ce futur quartier », complète Yves Nurit, DGA de la Ville et de la Métropole. Parmi les projets urbains locaux évoqués lors de ce forum : la réhabilitation de l’EAI, la Zac du Coteau, l’écoquartier du Grau-du-Roi (30), Ila catala à Port-Barcarès (66)... 

> À lire également : les travaux de l'Esma débutent à l'EAI, Gazette Livewww.lagazettedemontpellier.fr/41161/eai-les-travaux-de-lesma-demarrent.html

Véronique Coll / coll@lalettrem.net
Bloc Abonnement

La Lettre M sur votre bureau chaque mardi, la newsletter quotidienne à 18h, toute l'actualité en temps réel sur lalettrem.fr, les magazines thématiques, le « Qui fait quoi », la référence des décideurs d'Occitanie